Bilan An II: Macky Sall, le "président des pénuries" et des "promesses sans lendemain", selon MSU France



Pour le MSU France, les 2 ans de Macky Sall à la tête de la magistrature suprême s’achèvent sur un désastre économique et social sans précédent pour le Sénégal. Elu Président par défaut le 25 mars 2012,  la gouvernance de Macky Sall est symbolisée par un amateurisme criard et une incompétence notoire, entraînant le pays dans un cycle infernal de pénuries : pénurie d’emplois, pénurie de capitaux « Deuk bi dafa Macky », pénurie d’énergie, pénurie d’eau avec le terrible épisode de Keur Momar Sarr dont les sénégalais ne perçoivent pas encore le bout du tunnel.  D’Abdoul M’Baye à Aminata Touré, du Yonnu Yokkute au PSE (Plan Sans Engagement), Macky Sall « Président des pénuries » et recordman des promesses sans lendemain, tâtonne, tergiverse, se renie en permanence et engage le Sénégal dans une voie sans issue.


Le MSU France demande solennellement à Macky Sall de s’épargner une terrible humiliation, en renonçant dès à présent, par une déclaration publique, à briguer un nouveau mandat en 2017. Pour éviter une cuisante défaite, à la hauteur de l’immense déception des sénégalais. Le bilan du mi-mandat, élaboré par le MSU France à l’aide d’un document-cadre, permet de mesurer l’ampleur du désastre, en 2 ans, sous le magistère de Macky Sall. Et le directoire de MSU France tenu ce 31 mars à Paris de lister les dégâts en ces termes: 

 
BONNE GOUVERNANCE : GABEGIE, IMPUNITE ET NON TRANSPARENCE
-          Patrimoine non justifié Macky  Sall estimé à plus de 8 milliards CFA : le MSU France demande que ces fonds soient restitués au peuple  (aux victimes d’inondations)
-          Fonds politique présidentiel augmenté à 11 milliards CFA, sans aucun contrôle
-          Indemnisation non fondée juridiquement de Moustapha Cissé Lo et M’baye N’Diaye
-          Décrets d’avances : Détournement d’objectifs et absence totale de lisibilité
-          Multiplication des affaires : par exemple l’énorme scandale du détournement à l’ADIE
-          Népotisme : nomination non justifiée, en toute illégalité d’Abou Abel THIAM à l’ARTP
-          Vol de Deniers publics : le règne du « PATHIO » et du « DJIRO »: 20 millions CFA attribué mensuellement à chaque leader de BENNO TASS YAKAAR, dont le MSU France réclame le remboursement  immédiat, intégral  et sans condition  au Trésor public
-          Spoliation du domaine public par une dynastie
-          Impunité pour les voyous du régime : Farba N’GOM

 
LIBERTES : UNE DICTATURE EN COURS
 
-          Emprisonnement politique des opposants et volonté de contrôle des citoyens
-          Interdiction de manifestations publiques en violation flagrante de la Constitution
-          Abus de pouvoir et instrumentalisation de la justice avec la création de la CREI
-          Entrave au bon fonctionnement de la justice avec des pressions intolérables contre le Procureur de Matam
-          Censure, intimidations des journalistes et menaces contre la liberté de la presse
-          Recul du Sénégal dans le classement de Reporters Sans Frontières 2013

-           
ECONOMIE : UN BILAN PLUS QUE MEDIOCRE
-          Faillites d’entreprises (plus de 472 ont mis la clé sous le paillasson en 2012)
-          Recul des investissements et baisse de la consommation intérieure
-          Croissance en berne autour de 4, 3 % en 2013, contre 8% pour la Côte d’Ivoire
-          Crise agricole majeure: amateurisme et désorganisation totale de la filière arachidière
-          Incompétence du Ministre de l’agriculture malgré son CV pompeux
-          Finances publiques exsangues (non-paiement des salaires à certains corps de l’Etat)
-           
 
SOCIAL : UNE PAUPERISATION CROISSANTE DES SENEGALAIS
-          Environ 50% de sénégalais vivent sous le seuil de la pauvreté
-          Chômage massif des jeunes
-          Augmentation vertigineuse des frais d’inscription des étudiants
-          Grèves répétées des enseignants et du secteur de la santé
-          Poursuites des délestages
-          Vie chère malgré la baisse annoncée du coût du loyer
-          Malnutrition voire famine dans certaines localités du monde rural (bons impayés),
-          Suppression d’emplois dans la fonction publique avec le pseudo audit biométrique
-          Explosion de l’insécurité (Dakar, Kédougou, Tambacounda, etc….)
-          Non protection des citoyens faibles : les malades mentaux livrés à eux-mêmes

 
PROMESSES NON TENUES
-          La réduction du mandat de 7 à 5 ans non matérialisée
-          Jeu de cache-cache indécent  concernant  la réforme des institutions  (CNRI)
-          La dépénalisation des « délits de presse » n’est plus à l’ordre du jour
-          Les 500 000 emplois ne seront jamais réalisés
-          Une gouvernance XHAWARE à mille lieux de la sobriété (gouvernance sobre)
-          La couverture maladie universelle : un lent démarrage car tous les sénégalais démunis n’ont pas accès aux soins et attendent toujours la prise en charge promise,
-          La Casamance abandonnée en dépit de toutes les promesses de campagne

 MENSONGES
-          Peinte du tuyau de Keur Momar Sarr : incompétence et grossière désinformation
-          60 000 emplois créés : manipulation de chiffres, des tableaux, des statistiques et mensonge éhonté du Ministre de la fonction publique
-          Milliards alloués aux régions (conseils ministériels décentralisés) : des montants fictifs
-          Carte égalité des chances pour les handicapés : Non effective, car son financement n’est ni étudié, ni assuré
-          PSE : un film  science-fiction de Macky Sall  pour endormir les Sénégalais  jusqu’en 2035
-          La RTS : un outil de  propagande du régime
En conclusion, avec MACKYLAGAFFE, le Sénégal s’appauvrit, s’embourbe et s’enfonce dans la spirale de la mal gouvernance. 


Mercredi 2 Avril 2014 - 14:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter