Bilan de la saison de lutte 2011/2012: Sang, violences et alternance au sommet

C'est par un flop retentissant que la saison de lutte avec frappe a été clôturée avec le très controversé combat Gris Bordeaux-Modou Lô. Derrière cette décevante affiche se cache une saison qui aura été riche en combats de hautes factures. La saison a été surtout jalonnée par la fin de l'invincibilité de Yékini, décrétée par Balla Gaye 2.



Bilan de la saison de lutte 2011/2012: Sang, violences et alternance au sommet
La chute de l'enfant de Bassoul ajoutée à la déroute de Bombardier devant le Géant du Baol, Tapha Tine, consacre en même temps l'émergence de valeurs montantes de la trempe de Sa Thiès, l'un des rares lutteurs à préserver encore son invincibilité. Plus que les autres saisons, l'interprétation du règlement de la lutte réclamée par nombre d'observateurs, la volonté exprimée par les promoteurs de plafonner le cachet des lutteurs seront les faits marquants de la saison de lutte avec frappe. Sans occulter la violence qui n'a jamais été aussi présente.

Balla Gaye 2 décrète l’alternance au sommet

Que faudrait-t-il retenir de cette saison de lutte finissante. Au point de vue strictement sportif, elle a apporté son lot de sensations et de surprises avec les affiches qui l’ont sanctionné depuis son ouverture avec la grande affiche ayant opposé Gouy Gui à Bazooka. Mais que d’émotions, de sensations vécues où les promoteurs se sont mis à quatre pour décrocher des combats phares. La confrontation Balla Gaye 2-Yékini restera sans doute la référence. A côté des combats phares ayant opposé Ama Baldé à Gouy Gui ou Pape Mor Lô-Lac Rose en décembre 2011, ce choc est resté la référence. Le «combat du siècle» que Luc Nicolaï & co a proposé le 22 avril.

La surprise de la saison était au bout. La chute du Roi des arènes. La fin de quinze ans de règne de Yékini. Le «Lion de Guédiawaye» venait de décréter l’alternance générationnelle pour prendre logiquement le pouvoir. Il réussit aussi à impulser une nouvelle reconfiguration dans l’arène.

A partir de la nouvelle donne, la fin de cette saison laisse libre cours à moult combinaisons dans lesquelles tous les chemins mènent sur la piste de Balla Gaye 2 qui est devenu le lutteur à battre. Derrière le fils de Double Less, l’arène fait place à Tapha Tine, Eumeu Séne, Modou Lô, qui ont leur mot à dire dans ce sommet.

Même si c’est le combat Balla Gaye 2 et Eumeu Séne qui tient la corde. Revanche ? Au lendemain de l’échec de son face à face avec Modou Lô et ses démêlés judiciaires avec Luc Nicolaï, le Pikinois est bien parti pour affronter une seconde fois Balla Gaye 2. Un lutteur qu’il avait battu le 9 février 2010 d’une belle technique de croc en jambes intérieur «Caxabal».

Après le succès engrangé face à Gris Bordeaux, Modou Lô, grand bénéficiaire de la dernière confrontation, du reste très controversée, surtout après le recours déposé par le camp fassois afin de casser le verdict de l’arbitre. Au sortir de cette saison, le «Roc» des Parcelles assainies peut légitimement réclamer une revanche contre Balla Gaye 2 qui l’avait battu le 21 mars 2010.

Sa Thiès sur les pas du Lion de Guédiawaye

En confirmant devant Moussa Dioum, Sa Thiés avait réussi à franchir un échelon pour titiller les sommets. Trois ans après son irruption dans l’arène, cet espoir fait parti des rares lutteurs à garder son invincibilité en 9 combats. Dans l’antichambre des ténors, le frangin de Balla Gaye 2 ouvre ainsi de bonnes perspectives. Tidiane Faye, Baye Mandione, Zoss, Amanekh, figurent parmi ses potentiels adversaires la prochaine saison. Ce qui lui permettra de se hisser tout bonnement vers le sommet où trône… Balla Gaye 2.

Montée des cachets : le holà des promoteurs

La décision de plafonner les cachets est l’une des mesures qui feront date dans l’arène. En perspective de la prochaine saison, les promoteurs ont scellé leur entente pour la défense de leurs intérêts et aller dans le sens de Gaston Mbengue. Ce dernier n’entend plus franchir un cachet supérieur à 75 millions de FCfa.

Regroupés autour du collectif des promoteurs de lutte, les promoteurs ont pu déposer sur la table du ministre des Sports, El Hadji Malick Gackou, un mémorandum où ils ont exposé tous les problèmes auxquels ils sont confrontés. Tout en brandissant la menace d’un boycott si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

La violence et le sang : face hideuse d’une saison

Plus que par le passé, la violence n’a jamais été aussi présente que pendant cette saison de lutte. Les démons de la violence se sont en effet apparus dans sa forme la plus hideuse et atteint son point culminant lors du face à face avorté entre Balla Gaye 2 et Yékini pour entraîner ensuite mort d’homme à la veille du combat Gris Bordeaux-Modou Lô initiées par le promoteur Luc Nicolaï. Sans parler du bain de sang dans lequel s’est achevée la confrontation Tapha Tine-Bombardier et qui a marqué les esprits dans cette présente saison.
Omar DIAW (Sud quotidien)


Jeudi 19 Juillet 2012 - 11:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter