Blaise Compaoré est citoyen ivoirien et devrait échapper à la justice

C'est désormais officiel : Blaise Compaoré, l'ancien président burkinabè, est Ivoirien. Son décret de naturalisation, signé de la main du président Alassane Ouattara, est daté de novembre 2014, soit seulement un mois après la chute de l'ancien président. Ce décret a été publié au Journal officiel en janvier 2016. L'ancien président du Burkina Faso est exilé en Côte d'Ivoire depuis qu'il a été chassé du pouvoir. Blaise Compaoré fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour son implication présumée dans la mort de l'ancien chef d'Etat Thomas Sankara. Il devrait donc devrait échapper à la justice car il ne peut pas être extradé.



Blaise Compaoré est citoyen ivoirien et devrait échapper à la justice
Le décret numéro 2014-701 ne fait qu'une vingtaine de lignes. Signé d'Alassane Ouattara, il annonce sobrement, que suite à sa demande, Blaise Compaoré, né en 1951 à Ouagadougou, est naturalisé ivoirien. Le décret suivant annonce, lui, la naturalisation de François Compaoré, le frère de l'ancien président burkinabè.
Les textes sont datés du 17 novembre 2014, soit à peine plus de quinze jours après la chute de l'ex-chef d'Etat et son exil à Abidjan. Mais ils sont entrés en vigueur au lendemain de leur publication, le 18 janvier 2016.

Ces naturalisations interviennent donc un mois seulement après l'émission d'un mandat d'arrêt international par la justice du Burkina Faso contre l'ancien président du pays. Celui-ci est inculpé pour son rôle présumé dans l'assassinat de l'ancien président du Burkina Faso Thomas Sankara en 1987 lors d'un coup d'Etat qui porta Blaise Compaoré au pouvoir. De plus, il est impliqué d'attentat contre la sûreté de l'Etat, complicité d'assassinat et complicité de recel de cadavre. 

Les autorités ivoiriennes ne souhaitent pas commenter ces informations. « C'est une affaire strictement personnelle », réagit ainsi une source.

Blaise Compaoré devrait donc devrait échapper à la justice du pays qu'il a dirigé pendant de longues années. Etant donné les liens d'amitié entre Blaise Compaoré et Alassane Ouattara, une extradition semblait peu probable, après cette naturalisation, elle l'est encore moins.

« Lamentable »

En tout cas, la nouvelle fait débat à Ouagadougou. Si certains partisans de l’ancien président n’y voient aucun inconvénient, d’autres par contre, ses adversaires, qualifient d’acte « honteux » de celui qui a dirigé le Burkina Faso pendant 27 ans.

Pour Pascal Zaida, secrétaire exécutif du mouvement populaire des jeunes, un mouvement qui avait soutenu le projet de référendum défendu par les partisans de l’ancien président, il sera difficile pour Blaise Compaoré de se présenter devant une justice à deux vitesses. «Nous estimons que d'un point de vue légal, c'est normal, il peut avoir la nationalité, ce n'est pas interdit. Maintenant, vous savez que nous sommes dans un pays où sous la transition, il y avait la justice des vainqueurs, et c'est cette même justice qui prévaut aujourd'hui. Si les autorités actuelles peuvent lui garantir une justice impartiale et équitable, je ne vois pas pourquoi il ne viendra pas y répondre. Mais par contre, si c'est pour faire encore la justice des vainqueurs, il a bien entendu raison de prendre la nationalité ivoirienne. »

La stabilité du pays reste la priorité

De l’autre côté, les mouvements qui ont mené la lutte contre le régime de Blaise Compaoré, se disent affligés par cette décision de l’ancien président burkinabè de se réfugier sous une autre nationalité. « En un mot comme en mille, c'est tout simplement lamentable. Il l'a fait pour échapper à la justice de son pays, parce qu'il sait que la Côte d'Ivoire n'extrade pas ses ressortissants. Mais ceci est terriblement honteux. Il jette l'opprobre sur lui-même et sur tous ceux qui sont liés à lui », déplore Ismaël Diallo, coordonnateur du Front de renforcement de la citoyenneté.
A moins de renoncer à la nationalité burkinabè, poursuit Ismaël Diallo, Blaise Compaoré « n’échappera pas éternellement à la justice de son pays ».

Mais, à Ouagadougou, on estime, presque résigné, que l'urgence est ailleurs. L'important pour la stabilité du pays, c'est surtout de neutraliser les anciens membres de l'ex-régiment de sécurité présidentielle, déclarait ainsi Alpha Barry lundi lors de sa visite à Abidjan. Après l'extradition de Moussa Niébé, considéré comme un des fidèles de Blaise Compaoré. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères assurait qu'Alassane Ouattara s'était engagé à aider le Burkina Faso à arrêter les ex-soldats du RSP.

Source: rfi.fr

Ousmane Demba Kane

Mercredi 24 Février 2016 - 08:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter