Blocage budgétaire: les républicains ne plient pas et le bras de fer continue

Au dixième jour de fermeture des services publics à Washington, les républicains refusent toujours de voter le budget tant que la loi sur la santé n’est pas retirée. Ils menacent de faire de même sur le relèvement du plafond de la dette et sont intervenus à plusieurs reprises hier, mercredi 9 octobre, pour expliquer que les mises en garde de Barack Obama et les inquiétudes de Wall Street sur ce sujet étaient uniquement destinées à effrayer sans raison les Américains.



Le président américain avait proposé de recevoir à la Maison Blanche tous les parlementaires pour renouveler son offre de négociation. REUTERS/Jason Reed
Le président américain avait proposé de recevoir à la Maison Blanche tous les parlementaires pour renouveler son offre de négociation. REUTERS/Jason Reed
Barack Obama a proposé de recevoir à la Maison Blanche tous les parlementaires pour leur expliquer la situation et renouveler son offre de négociation, si les services publics recommencent à fonctionner et si le relèvement du plafond de la dette n’est plus un enjeu.
 
Tous les parlementaires, cela signifie 535 élus : 100 sénateurs et 435 représentants. Mais si les démocrates ont immédiatement accepté l’invitation, les républicains refusent. Le président de la Chambre des représentants a fait savoir qu’il se déplacera avec une délégation réduite de responsables du parti.
 
→ À (RE)LIRE : Christine Rifflart sur RFI: «Le blocage aux Etats-Unis touche la planète entière»

 
Cette réaction a provoqué la colère de Barack Obama, mais pour l'instant, John Boehner, le président de la Chambre, n’en démord pas. Ce dernier veut certainement éviter d’afficher les dissensions de plus en fortes au sein de la formation conservatrice.
 
Mais faute d’avoir lieu à la Maison Blanche, le débat se déroule dans les médias. Des membres du Parti républicain, de plus en plus nombreux, prennent la parole pour désavouer leur leader et les élus du Tea Party.
La cacophonie politique est donc totale et la situation reste toujours bloquée.

Source : Rfi.fr

 

Dépéche

Jeudi 10 Octobre 2013 - 14:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter