Boko Haram: Plusieurs dizaines de morts dans l'attaque d'un lycée nigérian

Au moins 43 lycéens sont morts mardi dans l'attaque de leur pensionnat par un groupe armé, dans le nord-est du Nigeria. L'attaque rappelle celle qui a fait des dizaines de morts dans le même État l'an dernier, et revendiqué par la secte Boko Haram.



Boko Haram: Plusieurs dizaines de morts dans l'attaque d'un lycée nigérian

Le massacre a eu lieu dans un lycée de Buni Yadi, un village situé à environ 550 km au nord-est de la capitale nigériane, Abuja. Très tôt, dans la nuit du mardi 25 février, alors que les lycéens dormaient dans leur pensionnat, un groupe d’hommes a lancé des engins explosifs à l’intérieur des bâtiments, puis tiré des coups de feu dans les chambres avant d’attaquer les étudiants à la machette, racontent des témoins.

"Les ambulances ont amené des corps du Collège du gouvernement fédéral de la ville de Buni Yadi. Jusqu'à présent 43 corps ont été acheminés et reposent à la morgue", a déclaré à l’AFP, sous couvert de l'anonymat, un responsable d'un hôpital de Damaturu, la capitale de l'État de Yobe. Selon cette source, les assaillants n’ont ciblé que les hommes, épargnant les lycéennes.

Mardi après midi, les familles des lycéens s’amassaient aux alentours de la morgue de Damatru, cherchant désespérément à obtenir des informations sur les victimes.

De lourds soupçons pèsent sur le groupe d’islamistes radicaux Boko Haram  (littéralement "l’éducation occidentale est un pêché"), très actif dans l’État de Yobe, où l’état d’urgence a été décrété en mai dernier. Les autorités le tiennent pour responsable de plusieurs attaques contre des établissements scolaires.

Au moins 40 étudiants avaient ainsi perdu la vie en septembre, lors de l’attaque d’un lycée agricole à Yobe par des membres de Boko Haram, qui avaient, comme lors de l’attaque de la nuit dernière à Buni Yadi, fait irruption dans les chambres et tiré sur les jeunes.

Malgré une présence militaire accrue, un millier de personnes ont été tuées en 10 mois dans des attaques imputées à Boko Haram. Le groupe islamiste, classé sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis et le Nigeria, a l’ambition de créer un État islamique dans le nord du pays.


Afp

Mercredi 26 Février 2014 - 09:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter