Boko Haram: l'armée nigériane annonce avoir repris la ville de Baga

Le Nigeria a indiqué samedi avoir repris Baga, une ville stratégique sur les rives du lac Tchad, théâtre d'un massacre sanglant de Boko Haram, début janvier. Des centaines de civils avaient été tués, des maisons incendiées et plusieurs centaines de femmes et d'enfants enlevés. En fin de journée, un communiqué du ministère de la Défense annonçait qu'un grand nombre de combattants ennemis s'étaient noyés dans le lac Tchad en voulant fuir. Une victoire donc pour l'armée qui a déjà libéré il y a moins d'une semaine la ville garnison de Monguno à 60 kilomètres de Baga.



Des soldats nigérians dans les rues de Baga, dans l'Etat de Borno, en 2013. Début janvier, des centaines de civils y avaient été tués, des maisons incendiées et plusieurs centaines de femmes et d'enfants enlevés. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI
Des soldats nigérians dans les rues de Baga, dans l'Etat de Borno, en 2013. Début janvier, des centaines de civils y avaient été tués, des maisons incendiées et plusieurs centaines de femmes et d'enfants enlevés. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

Même si les ratissages se poursuivaient encore samedi soir pour rechercher des armes et d'éventuels fuyards, les militaires nigérians n'ont pas attendu pour crier victoire. Selon le porte-parole du ministère de la Défense, Chris Olukoladé, 1 500 mines ont dû être neutralisées par les militaires nigérians avant d'arriver à Baga  :

« L'entrée dans Baga et ses environs a été le fruit d'une série d'opérations qui étaient en cours depuis un certain temps à Monguno et ses environs, explique le porte-parole de l'armée. Nos troupes sont venues à bout des terroristes après des combats difficiles. Les affrontements se sont déroulés dans la ville et à l'extérieur. Nous avons maintenant le contrôle total de Baga. L'armée est en train de prospecter dans les moindres recoins pour débusquer d'éventuelles personnes qui se cachent. Nous voulons nous assurer que l'endroit a été totalement ratissé. Nous sommes en train de vérifier qu'il n'y a plus d'armes et aussi de faire le point sur d'éventuels décès. Voilà ce que nous sommes en train de faire à Baga en ce moment. »

Les habitants soulagés mais en colère

La victoire est saluée aussi par les habitants qui espèrent pouvoir rentrer bientôt chez eux. « Moi, ma maison était occupée par Boko Haram, depuis une quarantaine de jours. Cette annonce est donc bien sûr une grande nouvelle, se réjouit Maina Lawan, un sénateur de l'opposition de l'Etat de Borno. Je vais maintenant attendre que les opérations militaires soient terminées pour pouvoir retourner chez moi. »

Baga libérée samedi, c'est un bon point pour l'armée et pour les habitants. Mais certains cependant s'interrogent, comme cet habitant originaire de Monguno, ville libérée il y a une semaine. « Les gens ne sont pas reconnaissants envers le gouvernement, souligne-t-il. Ils sont toujours en colère contre le gouvernement. Si les autorités font ce travail en six semaines, pourquoi n'ont-elles pas fait cela dans les cinq ou six dernières années ? Donc les gens ne remercient pas le gouvernement. »

L'élection présidentielle prévue mi-février a été reportée  de six semaines, officiellement pour des raisons sécuritaires. Le président Goodluck Jonathan a promis de profiter de ce délai pour obtenir des avancées importantes dans la lutte contre Boko Haram.


Rfi.fr

Dimanche 22 Février 2015 - 10:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter