Boko Haram: nouveaux accrochages à la frontière camerouno-tchadienne

Au moment où la Communauté des Etats d'Afrique centrale se réunissait en sommet extraordinaire à Yaoundé, lundi 16 février, pour trouver une position commune contre le groupe Boko Haram, des accrochages se sont produits dans l'extrême nord du pays. Ils ont fait cinq morts du côté de l'armée camerounaise. En tout, sept soldats ont été blessés et 86 assaillants tués.



Des hommes du bataillon d'intervention rapide du Cameroun, dans la région de Waza en mai 2014. AFP PHOTO / REINNIER KAZE
Des hommes du bataillon d'intervention rapide du Cameroun, dans la région de Waza en mai 2014. AFP PHOTO / REINNIER KAZE

Les violences se sont produites dans la matinée, dans la zone de Waza, qui correspond à un parc forestier proche de la frontière. Sur place, raconte un militaire joint par RFI, les soldats camerounais effectuaient des patrouilles avant de tomber sur des combattants de Boko Haram. « Il y a alors eu plusieurs accrochages », raconte cette source, qui décrit « des combats de forte intensité ».

Les combats n'ont cessé que dans l'après-midi, assure un porte-parole du ministère de la Défense. Au cours des combats, l'armée aurait récupéré un blindé et saisi plusieurs armes. L'armée, qui assure maintenir la vigilance tout au long de la frontière, parle de combattants « qui jouent à la provocation en faisant des tirs de sommation dans différents villages ».

A quelques kilomètres de là, plus de 1 000 combattants et personnes présumées liées au groupe Boko Haram ont été incarcérés dans la prison de Maroua, selon le colonel Joseph Nouma cité par l'AFP, qui dirige l'opération Alpha. Cela fait en tout cas, plusieurs mois que ce groupe fait des incursions dans cette région, semant la panique dans certains villages.


Rfi.fr

Mardi 17 Février 2015 - 11:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter