Boko Haram: réactions tchadiennes au retour d'Abubakar Shekau

Au Tchad, le président tchadien, Idriss Déby, annonçait la semaine dernière que le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest, ex-Boko Haram, était « décapité » et que la guerre contre l'organisation terroriste serait terminée avant la fin de l'année. Pourtant, dimanche 16 août, Abubakar Shekau, le chef du groupe terroriste islamiste, est réapparu dans un enregistrement audio dans lequel il fustige les propos des chefs d'Etat nigérian et tchadien. Majorité et opposition tchadiennes se divisent sur l'interprétation à donner à ce retour d'Abubakar Shekau.



Soldats tchadiens déployés dans le cadre de la force militaire mixte contre Boko Haram, au Nigeria, en février 2015. REUTERS/Emmanuel Braun
Soldats tchadiens déployés dans le cadre de la force militaire mixte contre Boko Haram, au Nigeria, en février 2015. REUTERS/Emmanuel Braun

Pour l'ambassadeur tchadien en France, l'enregistrement du chef de Boko Haram ne fait que confirmer les propos du président Déby. Hissein Brahim Taha estime que l'organisation jihadiste est bien affaiblie.

« On ne peut pas dire que Boko Haram a gardé toute sa force. Boko Haram est décapité. Ce n’est pas Shekau, lui seul, qui représente toute la force de Boko Haram. Et puis, de toute façon, son enregistrement ne veut rien dire. Il a d’abord parlé en haoussa. Est-ce que c’est bien lui ? Nous étions habitués à voir le chef de Boko haram vociférer dans les écrans de télévison. Or, il n’est plus avec ses voitures 4x4 ! Maintenant, il fait une déclaration audio. N’est-ce pas là une preuve qu’il est affaibli ? », a déclaré à RFI Hissein Brahim Taha.

Un affaiblissement auquel ne croit pas Galli Ngothé Gatta. Selon le député tchadien d'opposition, le président Déby se trompe en disant que la guerre contre Boko Haram  sera terminée à la fin de l'année.

« Il y a deux ou trois mois, le président Déby avait déjà annoncé la même fin de Boko Haram. Maintenant, il lui donne encore un délai de grâce, d’ici la fin de l’année. Or, logiquement, connaissant le phénomène et vu la connaissance du terrain que possède Boko Haram par rapport aux forces militaires classiques des pays avec qui nous menons la guerre, je pense que c’est une déclaration infondée », a pour sa part déclaré à RFI l’opposant tchadien, Galli Ngothé Gatta.

 

Abubakar Shekau n'avait plus donné de signe de vie depuis le 7 mars. Dans un enregistrement audio, il avait alors prêté allégeance  au groupe Etat islamique.


Rfi

Mardi 18 Août 2015 - 10:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter