Boubacar BA vs El Hadji Malick Gackou, un face à face inévitable

La bataille pour le contrôle de la banlieue fait rage entre le Pds et Benno siggil Sénégal et singulièrement entre libéraux et progressistes. Les portes étendards de cette bataille sont El hadji Malick Gackou, le président du Conseil régional de Dakar, pour l’Afp et Boubacar BA, le DG de l’Office pour l’emploi des jeunes de la banlieue pour le Pds. La dualité entre les deux hommes est devenue aujourd’hui inévitable et toutes les occasions sont belles pour afficher au grand jour les velléités de reconquête d’un électoral dubitatif. L’équation est de savoir pour le 2ème homme fort de l’Afp est de chercher la parade face aux tacles répétées de Boubacar BA.



Boubacar BA  vs El Hadji Malick Gackou, un face à face inévitable
A mesure que les jours s’égrainent en direction de la présidentielle du 26 février 2012, des pôles voient le jour, tant du côté de l’opposition que du parti au pouvoir. Avec la nomination de Malick Gackou au poste de second de l’Afp, il est fort à craindre que l’affrontement entre Benno siggil Sénégal et le Pds en banlieue, ne se résume en une dualité entre deux hommes. Malick Gackou, le président du conseil régional, tout devant n°2 de l’Alliance des Forces de Progrès (Afp) et Boubacar BA, le DG de l’office pour l’emploi des jeunes de la banlieue(OFEJBAN), l’un et l’autre pour ce qu’ils représentent en terme d’espoir pour la banlieue. Même si pour le cas précis de Malick Gackou des voix s’élèvent pour dire que « le conseil régional n’appartient pas aux seules populations de Guédiawaye. Ce sont tous les jeunes de la région de Dakar qui doivent bénéficier des avantages et autres retombées dérivés de cette collectivité locale». Boubacar BA avec son Office est devenu depuis 2009, l’espoir de toute une jeunesse en mal de vivre dans une banlieue durement éprouvée par des calamités diverses (inondations, paludisme etc.) avec comme résultats, une paupérisation accrue des ménages.

Des portes étendards de la bataille de la banlieue, il est à retenir qu’ils ont des styles similaires, et des ambitions politiques quasi identiques. Toutefois ils diffèrent de par leur méthode d’approche du réel. Malick Gackou, un cadre de l’ancienne l’école soviétique (dépassée aujourd’hui par la cadence du monde), et qui est au service du progressiste, Moustapha Niasse, devra faire face dans sa marche vers 2012, à un jeune, sorti de l’école libérale de Me Abdoulaye Wade. Boubacar BA qui a été pratiquement dans la couve de Wade sera un solide adversaire surtout qu’il ne manque pas d’arguments. Nous savons qu’il avait bénéficié de l’encadrement et de la formation en leadership international, un programme du ministère d’état américain. Pêchant pratiquement dans les mêmes eaux, ils finiront tôt ou tard à croiser le fer de manière ouverte ou par militants interposés. En tout cas, ces deux responsables politiques ont quasiment le même âge et la particularité de revendiquer leur appartenance à la banlieue. Très sociables, ils ont beaucoup de traits communs. El hadji Malick Gackou utilise la ruse, la frime dans sa quête de l’autre alors que Boubacar BA pose des actes qu’il traduit en actions pour les jeunes, tout en usant lui aussi de la frime. Ils ont tous les deux avec élégance conquis les cœurs de leurs compatriotes de la banlieue et portent même ombrage aux autres responsables politiques, qui somnolent dans l’expectative. Il reste à croire que l’un et l’autre ne sont que la face visible de la confrontation entre l’Afp et le Pds. Ce qui nous fait dire que face à la diplomatie et à la ruse de Moustapha Niasse pour l’élargissement des bases de son parti, se dressent le charisme et l’élégance de Me Abdoulaye Wade. La guerre de la banlieue sera inévitable surtout à l’heure où le morcellement administratif de Sangalkam et dans d’autres régions, constitue la principale pomme de discorde.

L'Office

Mercredi 20 Avril 2011 - 12:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter