Boulimie foncière dans la zone des Niayes-les horticulteurs, élus locaux et autorités s’accusent: Abdoulaye Seck arbitre

Devant le ministre de l’Agriculture, hier, mardi horticulteurs, élus locaux et autorités de la zone des Niayes se sont mutuellement accusés de boulimie foncière.



La boulimie foncière est une réalité indiscutable dans la zone des Niayes. Le ministre de l’Agriculture et de  l’Equipement rural, Dr Pape Abdoulaye Seck, qui a effectué une visite, hier,  dans cette zone, à vocation horticole, a pu s’enquérir du désastre foncier » occasionné par la combinai de deux facteurs. Il s’agit de la non-maîtrise de l’eau, qui combiné à l’urbanisation galopante a abouti au bradage des terres a vocation horticole. Ainsi devant le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, horticulteurs, élus locaux et chefs de services se sont accusés mutuellement dès la deuxième étape de la visite à Beerthialen.


C’est d’abord le président de la convention pour le développement rural, Oumar Sakho, qui a commencé sa campagne de dénonciation de l’accaparement des terres des Niayes. Il est vite démasque par Ndiagne Diop, le président de la délégation spéciale, par ailleurs ancien vice Président de la Communauté rural de Sangalkam. Selon le journal « Le Populaire », Ndiagne Diop a fait comprendre au ministre qu'Oumar Sakho, qui est en train de dénoncer la pression foncière, a, lui, aussi réalisé un lotissement sur un espace de 15 hectares dans ces zones à vocation horticole. « C’est un lotissement autorisé », s’est défendu le président de la convention pour le développement rural. Une réalité que le ministre à constatée tout au long de sa tournée. 


Mardi 15 Juillet 2014 - 12:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter