Bousculade meurtrière à Mina: 37 Sénégalais portés disparus, les recherches se poursuivent



«A la date d’aujourd’hui, 27 septembre 2015, le bilan s’établit comme suit : 05 cas de décès confirmés ; Trente-sept (37) pèlerins sont à ce jour déclarés perdus de vue», mentionne la mission médicale dans un communiqué remis à l’envoyé spécial de l’APS. Le texte indique qu’ «actuellement des recherches intenses se poursuivent dans les structures sanitaires saoudiennes. Le commissariat général au pèlerinage, la famille Burhan, chargée de l’hébergement des pèlerins sénégalais, l’équipe médicale déployée et les voyagistes privés, réunis dans une cellule de crise, ont mené depuis l’accident de Mouna, plusieurs opérations d’identification des corps.
 

La cellule qui poursuit les recherches a déjà fait le tour des hôpitaux de La Mecque, et des différents sites d’hébergement de Mouna, Arafat, Mousdalifa, pour avoir des «données fiables », ajoute la source.  La commission qui dit comprendre «la préoccupation de (nos) compatriotes qui doivent disposer d’informations précises sur les cas de décès », insiste toutefois sur «l’importance de la confirmation avant toute déclaration quel que soit le temps que la procédure doit prendre».
 
 
Voici la liste des cinq (5) cas de décès confirmés, selon le communiqué :
-Ibrahima Badiane, né le 10 mars 1970 à Lamarane, convoyé par l’agence Al Houda, identifié le 26 septembre 2015
 
- Diama Ndiaye née le 01 janvier 1947 à Zguinchor, convoyée par l’Agence de Mouhadjririne Wal Ansar, identifiée le 27 septembre 2015
 
 
- Maimouna Samba Tall, née le 12 avril 1950 à Agnam Thiodaye, convoyée par l’agence Albarka, identifiée le 27 septembre 2015
 
 
- Ababacar Fall né le 08 septembre 1943 à HUE, convoyé par l’agence Albarka, identifié le 27 septembre 2015
 
- Mariam Diallo née le 31 décembre 1945 à Golléré, convoyée par l’agence Albarka, identifiée le 27 septembre 2015
 

Le bilan de la bousculade de Mouna s’est alourdi à 769 morts et 934 blessés, a annoncé ce samedi le ministre saoudien de la Santé, Khalid al Falih, lors d’une conférence de presse. La rencontre entre deux flux de pèlerins, l’un quittant le site de Jamarat où a lieu ce rituel, et l’autre arrivant en sens inverse le long de cette rue de 12 mètres de large, a provoqué la catastrophe. Le drame s’est produit jeudi sur la rue 204, une des deux principales artères menant de Mina à Jamarat, étape marquée par le rituel symbolique de la lapidation de Satan par les pèlerins. L’Iran a payé le plus lourd tribut dans cette tragédie avec 131 victimes.
 

L’Arabie Saoudite était déjà endeuillé le 11 septembre, avec 109 morts à la suite de la chute d’une grue sur le chantier de la Grande mosquée de La Mecque, avec plus de 400 blessés. En 2006, plus de 360 pèlerins ont trouvé la mort dans une bousculade. Le bilan le plus lourd remonte à 1990, quand 1 426 pèlerins sont morts dans un tunnel piéton bondé menant aux lieux sacrés de La Mecque.


Lundi 28 Septembre 2015 - 10:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter