Bradage de la cité Fayçal : Macky hérite de la patate chaude



Les occupants des maisons de l'Etat de la cité Fayçal comptent adresser une requête au président Macky Sall pour acquérir des titres de propriété de leur domicile. Cette même demande  qui a été aussi  introduite sous le mandant de Wade et rejetée en bloc. Donc, son successeur hérite de la patate chaude, selon le quotidien Rewmi.

Ces occupants ont trouvé le malin moyen de garder ces logements sans titre de propriété. Ils se sont fait accorder un bail par l'Etat. C'est à cet effet que certains parmi ces citoyens de haut rang qui occupent ces logements conventionnés, ont cherché les moyens de s'approprier les biens de l'Etat.

Anciens députés, cadres et anciens ministres ou hauts fonctionnaires, ils ont tous des baux et payaient la modique somme de 105 000 francs par mois pour une durée de 50 ans. Devant ce qui est qualifié de bradage à outrage, les services d'Amadou BaDg des impôts et domaines d'alors, avaient fait comprendre au chef de l'Etat sortant qu'on ne pouvait aliéner les biens de l'Etat sur un simple claquement des doigts, et qu'il y avait des procédures à respecter. Laquelle devait reposer sur des motifs bien solides, les intérêts de l'Etat devant être biens sauvegardés.

Aujourd'hui, face à la persistance de ces Sénégalais, la position du Président Macky Sall qui hérite de ce dossier sensible, est fortement attendue. Ces villas grand-standing de la cité Fayçal, ont été érigées par le défunt milliardaire El Hadji Djily Mbaye, au début des années 1990, peu de temps avant le premier sommet de l'Oci. C'est ainsi que pour des raisons de l'organisation du sommet de l'Oci, l'Etat en est venu à prendre possession de la majorité de villas. La partie payée par l'Etat a fini par servir de logement de ministres et de hauts fonctionnaires.




Vendredi 3 Janvier 2014 - 12:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter