Brouille entre l’Etat et Orange : les raisons se précisent

Ce n’est plus un secret pour personne que l’Etat du Sénégal et Orange ne sont pas en odeur de sainteté. Et la sortie des cadres de cette société hier en est la preuve. Cependant les raisons de cette mésententes pourraient ne pas être les mêmes qu’on nous a servi, si l’on en croit nos confrères de «l’As»



Brouille entre l’Etat et Orange : les raisons se précisent
Les vraies raisons de la brouille entre Orange et l’Etat du Sénégal seraient liées au désir de ce dernier d’installer une sonde qui va mesurer le flux des appels téléphoniques. Malgré l’accord du Consortium de Matam, Expresso et Tigo, Orange campe sur sa position, arguant l’illégalité de cette mesure.

Cette sonde devrait permettre à l’Etat de tout savoir sur Orange et surtout son chiffre d’affaire, afin de pouvoir vérifier «la véracité des chiffres souvent avancés par Orange», selon l’As. Avec l’annulation du contrat de Global Voice par le président Macky Sall, c’est l’Autorité de régulation des télécommunications et postes qu’il incombe de contrôler le volume des appels. Et c’est la raison pour laquelle l’Etat veut exécuter le décret d’application du Code des télécommunications de 2011. Ce dont Orange ne veut pas entendre parler.   
 

Ousmane Demba Kane

Jeudi 9 Avril 2015 - 18:02




1.Posté par Deugg Gui le 09/04/2015 23:45
Le véritable scoop servi par les cadres de Sonatel est que l'Etat a encore cédé 10% de ses parts à Orange qui est devenu majoritaire à plus de 52%. Résultat des courses, Orange peut faire ce qu'elle veut et c'est pourquoi il y a eu augmentation des tarifs sur le trafic entrant que le Sénégal ne maîtrise pas.

Les opérateurs de télécommunications négocient d'accord parties le tarif des terminaisons d'appels internationaux : les autorités de régulation ne sont pas parties prenantes de ces négociations ; leurs compétences sont circonscrites à la fixation des tarifs de terminaison des appels domestiques.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter