Burkina Faso: «Tolérance zéro», le credo du candidat Zéphirin Diabré

Zéphirin Diabré a été désigné candidat à la présidentielle du 11 octobre 2015 et investi par les militants de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), ce samedi 27 juin. L’ancien chef de file de l’opposition burkinabè s’est dit «prêt à relever le défi» et a affiché son intention de faire de la lutte contre la corruption l’un des axes forts de sa campagne.



Zéphirin Diabré, ce samedi 27 juin à Ouagadougou, lors de son invectiture comme candidat de l'UPC à l'élection présidentielle du 11 octobre 2015 au Burkina Faso. RFI / Yaya Boudani
Zéphirin Diabré, ce samedi 27 juin à Ouagadougou, lors de son invectiture comme candidat de l'UPC à l'élection présidentielle du 11 octobre 2015 au Burkina Faso. RFI / Yaya Boudani

« M. Zéphirin Diabré est investi candidat de l’Union pour le progrès et le changement à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015 ». L’annonce a été délivrée à l’issue du congrès extraordinaire de l’UPC, qui s’est tenu au Palais des Sports de Ouagadougou, ces vendredi et samedi. L’ancien chef de file de l’opposition burkinabè, qui a conduit les manifestations menant à la chute du régime du président Blaise Compaoré, se lance ainsi officiellement à la conquête du pouvoir pour la première fois.

« Il y a longtemps que j’attendais ce rendez-vous avec les Burkinabè. Je suis prêt à relever le défi que vous m’avez confié, a-t-il lancé devant ses partisans. Nous avons décidé d’aller à cette bataille parce que nous avons une ambition, un projet pour notre pays, le Burkina Faso. »

Face à des milliers de militants de l'UPC, Zéphirin Diabré  a dévoilé quelques grandes lignes de son programme de société : emploi, agriculture, énergie et bonne gouvernance. « Si je suis élu le 11 octobre 2015, je compte lancer un débat national de relecture de notre loi fondamentale. Je le ferai en y associant les forces vives de la nation, a-t-il promis. La lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gestion de la chose publique seront au cœur de nos préoccupations. En la matière, vous pouvez compter sur nous. Ce sera la tolérance zéro. »

Séance tenante, les militants de l’Union pour le progrès et le changement ont remis un chèque de 25 millions de Francs CFA à leur candidat, somme correspondant à la caution demandée pour toute candidature à l'élection présidentielle.


Rfi.fr

Lundi 29 Juin 2015 - 09:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter