Burkina Faso: l’opposition demande l’engagement du chef de l’Etat dans la médiation

Au Burkina Faso, une médiation a commencé, il y a maintenant un mois entre la majorité et l'opposition autour de la révision de la Constitution. Mais l'opposition continue de demander un mandat du chef de l'Etat, Blaise Compaoré, pour que les discussions soient bien menées en son nom. Si celui-ci n'est pas présenté avant la reprise de la médiation, le 10 mars 2014, l'opposition menace de claquer la porte.



Face aux démissions au sein du parti au pouvoir, et à la divergence de vue des partis constituant la majorité sur le maintien ou la révision de l’article 37 de la Constitution, l’opposition politique menace de quitter la table des discussions si la majorité ne présente pas un mandat du président Blaise Compaoré.

Un « papier écrit »

« Nous, nous disons simplement que la question qui est en débat, elle concerne le président du Faso et uniquement lui. S’il veut désigner quelqu’un, il peut le faire, mais il faut qu’il nous dise avec un papier écrit que c’est lui qui a désigné cette personne-là. Et regardez même la majorité telle qu’elle est aujourd’hui, quelle est leur position unanime sur l’article 37 ? Il n’y en a pas. Certains sont pour la révision et d’autres contre. Si nous allons le 10 mars et qu’il n’y a pas de mandat produit donc par la majorité, la réunion ne durera pas plus de trois minutes. Nous allons nous lever et partir parce que nous estimons que nous n’avons pas eu satisfaction », explique Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition.

Plus de confiance aveugle

Les partis de l’opposition, rejoints par le Mouvement du peuple pour le progrès, le nouveau parti créé par les dissidents du parti au pouvoir, affirment ne plus faire confiance aveuglement au pouvoir en place au Burkina Faso, comme le raconte Benewendé Stanislas Sankara : « Ce qui nous a surpris, c’est que, dès les premières concertations, les prétendus engagements du chef de l’Etat qu’on nous a expliqués, il y en a certains qui, tout de suite, ont remis cela en cause pour dire que le chef de l’Etat n’avait pas pris ces engagements et le chef de l’Etat n’a pas démenti ».

L’opposition soutient qu’elle reste ouverte au dialogue, mais à une seule condition que le président Blaise Compaoré s’engage à appliquer les résultats de la négociation.


Rfi.fr

Vendredi 7 Mars 2014 - 12:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter