Burkina Faso: les détenus de la maison de correction des armées privés de visite

Depuis le début de la semaine, les détenus de la maison d'arrêt et de correction des armées ne reçoivent plus de visiteurs. Selon les forces de sécurité, certains soldats de l'ex-régiment de sécurité présidentielle projetaient une attaque contre ce lieu où sont détenus les généraux Gilbert Dienderé et Djibrill Bassolé depuis leur inculpation dans l'affaire du coup d'Etat manqué de septembre 2015. Samedi dernier, quatre suspects ont tenté de désarmer les gendarmes durant leur transfert à la brigade de gendarmerie de Po, située au sud de la capitale. Deux personnes ont été tuées au cours de cette agression.



Interpellées alors qu'elles se rendaient à Ouagadougou sur des motocyclettes, ces personnes n'avaient aucun document d'identité en leur possession. Les gendarmes ont alors décidé de les conduire dans leur brigade pour les vérifications d'usage.
 
C'est au cours de ce transfert qu'elles auraient tenté de désarmer les gendarmes. Deux suspects sont tués sur le coup parmi eux un soldat de l'ex-régiment de sécurité, un sous-officier recherché dans le cadre de l'attaque du dépôt d'armes de Yimdi en début d'année. Le quatrième suspect qui avait pu s'échapper est interpellé quelques jours plus tard. Un autre sous-officier de l'ex-régiment de sécurité présidentielle est actuellement recherché. Sa photo fait la Une de certains quotidiens et le tour des réseaux sociaux.
 
Selon des sources sécuritaires, ces personnes projetaient une attaque contre la maison d’arrêt et de correction des armées de Ouagadougou et le palais présidentiel. En conséquence, toutes les visites aux pensionnaires de la maison de correction de Ouagadougou sont suspendues depuis le début de la semaine. De même, la sécurité a été renforcée dans certains lieux de la ville et les patrouilles des forces de défense et de sécurité se font de plus en plus visibles.
 


RFI

Samedi 15 Octobre 2016 - 11:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter