Burkina Faso: tension palpable à Ouagadougou avant un vote crucial

Ce jeudi matin 30 octobre, les députés burkinabès vont examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution. La majorité présidentielle souhaite une modification de l’article 37 afin d’ouvrir la voie à une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015, contre l’avis de l’opposition. Si le projet de loi est adopté à la majorité simple, la question sera soumise à un référendum, mais si le « oui » l’emporte à la majorité qualifiée des trois-quarts, la Constitution sera modifiée directement par les parlementaires. Comme depuis une semaine, la tension était encore vive durant la nuit de mercredi à jeudi à Ouagadougou.



Des manifestants à Ouagadougou mercredi 29 octobre 2014, contre la révision constitutionnelle qui permettrait à Blaise Compaoré de rester au pouvoir.
Des manifestants à Ouagadougou mercredi 29 octobre 2014, contre la révision constitutionnelle qui permettrait à Blaise Compaoré de rester au pouvoir.

A la veille d'un vote crucial pour le pays, la tension restait vive à Ouagadougou. A l’appel des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, de nombreux jeunes déterminés ont tenté de franchir les barrages afin de passer la nuit devant le Parlement ou dans des espaces publics, comme la place de la Nation ou le rond-point des Nations unies, avant d’être dispersés par la police à coups de gaz lacrymogène. Armes en bandoulière, bérets rouges vissés sur la tête, les soldats et les manifestants se sont regardés en chiens de faïence.

L'objectif des jeunes, après la forte mobilisation de mardi et la grève générale de mercredi, était d'exprimer leur refus de voir révisée la Constitution, qui permettrait à Blaise Compaoré, déjà président depuis 27 ans, de se maintenir au pouvoir.

Accès restreints à l'hémicycle

« Pas d’exception, personne ne passe ici ! Devant, il y a déjà le feu, tout est bouclé ici, faites demi-tour ! », nous lance un manifestant à qui nous voulions négocier un passage.
« Ils nous ont chassés du rond-point des Nations unies, mais ce jeudi nous seront tous à l’Assemblée », crie un jeune manifestant.

Face à la détermination des jeunes manifestants à s’opposer au projet de révision constitutionnelle, le gouvernement a durci le ton. L’accès à l’hémicycle sera filtré ce jeudi. En plus d’un laissez-passer délivré par le service d’information du gouvernement, un bus sera mis à la disposition des journalistes pour rallier le ministère de la Communication et l’Assemblée, distants seulement de quelques dizaines de mètres.

Des députés CDP ont évoqué des menaces

Tous les députés de la majorité étaient logés dans un hôtel du centre-ville pour mieux se soustraire à la pression de la rue.

L’hôtel Indépendance, en plein centre de Ouagadougou, avait de curieux airs de camp retranché, mercredi soir. Mitoyen de l’Assemblée nationale et muni d'un passage dérobé, l'hôtel comptait une centaine de ses chambres réservées pour les députés de la majorité afin de faciliter leur déplacement jusqu’au Parlement ce jeudi matin.

Cette astuce doit permettre aux élus du CDP et des partis alliés d’éviter de traverser une ville quadrillée par les forces de l’ordre qui ont veillé toute la nuit face aux opposants.

Les députés de l’alliance CDP ADF/RDA étaient peu loquaces au sortir d’une réunion nocturne qui a commencé vers 21 heures, pour se conclure une heure plus tard dans une salle de l’hôtel. Aucun n’a accepté de s’exprimer devant les journalistes présents, s’éparpillant rapidement dans les couloirs à la vue d’un micro ou d’un stylo. Les plus accessibles ont juste évoqué anonymement les menaces dont ils disent faire l’objet de la part des opposants s’ils votaient en faveur d’une révision de la Constitution ce jeudi.

« Nous souhaitons que le peuple nous départage »

Pour Fatou Diendéré, députée depuis 1997 et secrétaire nationale chargée des femmes au sein du CDP, les parlementaires de la majorité ont le devoir de soutenir le camp avec lequel ils ont été élus : « Aux élections municipales, nous avons 11 arrondissements sur 12, ce qui veut dire que Ouagadougou est sous la bannière du CDP. Nous allons jouer notre rôle. Celui des députés, c’est de voter des lois, nous pensons qu’à l’unisson nous allons voter cette loi. »

Pour la députée, il s'agit surtout de laisser le peuple s'exprimer : «  Actuellement, deux camps se disputent et chacun parle au nom du peuple. Nous souhaitons que ce dernier nous départage. Nous pensons que si l'on peut donner l’occasion au peuple de penser, on saura de quel côté il va se placer. Si les députés de la majorité donnent un vote approbatif aux trois-quarts des suffrages exprimés, nous allons appliquer la loi. »


Rfi.fr

Jeudi 30 Octobre 2014 - 01:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter