Burkina: Le Gvt installe "une cellule de crise" après "une attaque terroriste" dans le Nord

Le gouvernement burkinabè a installé samedi "une cellule de crise", après "une attaque terroriste" perpétrée dans la matinée par "des individus armés non identifiés" à la mine de manganèse de Tambao, à 350 kilomètres au Nord de Ouagadougou, selon une note de son service d'information.



Les assaillants, "à bord d’un véhicule de type Land Cruiser", ont visé "aux environs de 10h30 (GMT et locales), une équipe de la sécurité de la mine" lors de sa patrouille sur le site, a expliqué le gouvernement dans un communiqué transmis à ALERTE INFO, à Ouagadougou.

 

"Un expatrié européen travaillant à la mine a été enlevé, un conducteur a été légèrement blessé et un gendarme, grièvement blessé", selon le gouvernement qui dit avoir "mis en place une cellule de crise et (lancé) des investigations en vue de retrouver les assaillants qui ont pris la fuite en direction de la frontière Burkina-Niger".

 

Les dirigeants burkinabè qui ont condamné "un acte barbare et lâche, appellent les populations au calme" et "rassurent que toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité des personnes et des biens dans l’ensemble du territoire national, dans les zones frontalières et dans la bande sahélienne relevant de la souveraineté du Burkina Faso", ajoute le texte.

 

Le site de Tambao est situé à la croisée des frontières avec le Mali et le Niger, deux pays voisins dont les régions nord abritent des groupes proches d’Al-Qaïda.

 

L’ex-président Blaise Compaoré, contraint à la démission le 31 octobre par une insurrection populaire après 27 ans de pouvoir, était l’un des principaux médiateurs dans la crise politico-sécuritaire en cours depuis 2012 au Mali.

 

La mine de manganèse de Tambao, d’une capacité de réserves estimées à 100 millions de tonnes, est exploitée par Pan African Minerals, une société australo-roumaine.


ALERT INFO

Dimanche 5 Avril 2015 - 13:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter