Burkina : l’armée contrôle la situation

Les forces loyalistes ont lancé mardi soir l’attaque contre le camp où se sont retranchés les ex-membres du Régiment de sécurité présidentielle.



Les forces loyalistes ont indiqué avoir rencontré peu de résistance lorsqu’elles ont donné l’assaut contre la caserne où s’étaient retranchés les éléments de l’ex Régiment de sécurité présidentielle, le RSP, à Ouagadougou. Des tirs à l’arme lourde ont visé le camp militaire de Naaba Kom 2, situé aux alentours du palais présidentiel.
Mardi soir, des blindés, chars et pick-up étaient toujours positionnés autour du camp.

Officiellement dissout depuis 5 jours, les anciens membres de la garde présidentielle tentaient encore mardi de ralentir le processus de désarmement pour pouvoir mieux négocier. D’après un porte-parole de l’armée, près de 300 d’entre eux se sont rendus de leur plein gré.

A la radio, leur chef, le Général Gilbert Diendéré, avait appelé ses hommes à déposer les armes afin d’éviter de nouveaux affrontements mais avait indiqué que certains éléments incontrôlables avaient pris des initiatives.

Toujours selon lui, ses troupes seraient mécontentes de la procédure de réaffectation vers deux branches de l’armée et préfèreraient rester tous ensemble.

L’assaut est maintenant terminé, a-t-il déclaré à la presse. Selon l’état-major pourtant, en début de soirée, l’assaut était "bien avancé" mais pas encore "terminé".

L’ex-chef des putschistes, pour le moment introuvable, a par ailleurs affirmé qu’il ’était prêt à se ‘’mettre à la disposition de la justice de son pays’’.
Plus tôt dans la journée, les autorités avaient invité la population à éviter la zone de Ouaga 2000 et à rester chez elle.

Les autorités ont annoncé la réouverture de l’aéroport de Ouagadougou, fermé un peu plus tôt, mardi soir.

Source: bbcafrique
 

Ousmane Demba Kane

Mercredi 30 Septembre 2015 - 08:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter