Burkina: le CDP investit Eddie Komboïgo pour la présidentielle

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ancien parti au pouvoir, a investi Eddie Komboïgo comme candidat à la présidentielle d’octobre prochain au Burkina Faso. Depuis la création du parti, c'est la première fois que le parti va à une élection avec un candidat autre que Blaise Compaoré. Neuf mois après avoir perdu le pouvoir suite à l'insurrection populaire, le CDP se lance à la reconquête du fauteuil présidentiel.



Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès Eddie Komboïgo sera le candidat du parti de l'ex-président Blaise Compaoré à la prochaine présidentielle. AFP PHOTO / AHMED OUOBA
Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès Eddie Komboïgo sera le candidat du parti de l'ex-président Blaise Compaoré à la prochaine présidentielle. AFP PHOTO / AHMED OUOBA

C'est par une séance de prière pour la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso que le candidat de l'ancien parti au pouvoir a commencé son discours d'investiture. Eddie Komboïgo  a fait le serment de porter le Congrès pour la démocratie et le progrès à la victoire  aux prochaines électorales. « L’ambition du parti n’est autre que la reconquête du pouvoir, a-t-il lancé. Dans cette perspective, le programme du parti nous fixe des axes prioritaires ci-après : une gouvernance au service du développement durable, la paix et la sécurité comme une nécessité, la consolidation de l’investissement humain, l’option d’une croissance moins vulnérable et de qualité, le développement urbain, la durabilité environnementale. »

Dans son message à la nation, le président de la transition a parlé de « moments de graves dangers » que vit le Burkina Faso. Eddie Komboïgo souhaite que Michel Kafando explique clairement aux Burkinabè la nature du problème qui oppose le Premier ministre et le régiment de sécurité présidentielle. « Nous avons prié également aujourd’hui pour que les Burkinabè s’entendent afin que nous puissions sauver la transition, explique le candidat du CDP. S’il s’ouvrait et qu’il nous disait réellement quelles sont les raisons de ses inquiétudes, peut-être que cela nous aiderait à apprécier. »

Le candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès appelle à la tenue des élections « inclusives » le 11 octobre prochain.


Rfi.fr

Dimanche 12 Juillet 2015 - 07:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter