Burundi : Dialogue inter-burundais reporté au 6 janvier, l'Onu invite les parties prenantes au consensus

Jamal Ben Omar, conseiller spécial du secrétaire général de l’Onu, a appelé ce lundi les acteurs politiques burundais à trouver un consensus à la crise qui secoue leur pays.« Le Burundi a déjà traversé des moments difficiles dans le passé et a aussi une longue tradition de dialogues. Des leçons doivent être tirées de ces expériences passées », a déclaré le haut responsable onusien, ce lundi lors des pourparlers inter-burundais organisés en Ouganda par Yoweri Museveni, le président ougandais, médiateur de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est.
Ajoutant, «les burundais sont ceux qui vont vivre avec les conséquences des décisions qu'ils prennent. Ils ont la responsabilité première de trouver une voie pour l'avenir de leur pays. Ce doit être un effort mené à l'échelle nationale et par les Burundais eux-mêmes, que nous, au sein de la communauté internationale, sommes prêts à soutenir ».
Avant de reprendre à son compte, le souhait de l’Onu de voir se dérouler pour le compte du Burundi, un dialogue « véritable et inclusif ».
Le dialogue interburundais qui a démarré en Ouganda ce lundi à Entebbe, sous l'égide du président ougandais Yoweri Museveni, a été reporté au 6 janvier 2016.
L’opposition burundaise et la majorité au pouvoir sont d’accord pour la poursuite du dialogue.L’UA pour sa part a indiqué qu’elle restait « optimiste » sur l’issue du dialogue.



Burundi : Dialogue inter-burundais reporté au 6 janvier, l'Onu invite les parties prenantes au consensus
« Le Burundi a déjà traversé des moments difficiles dans le passé et a aussi une longue tradition de dialogues. Des leçons doivent être tirées de ces expériences passées », a déclaré le haut responsable onusien, ce lundi lors des pourparlers inter-burundais organisés en Ouganda par Yoweri Museveni, le président ougandais, médiateur de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Est.

Ajoutant, «les burundais sont ceux qui vont vivre avec les conséquences des décisions qu'ils prennent. Ils ont la responsabilité première de trouver une voie pour l'avenir de leur pays. Ce doit être un effort mené à l'échelle nationale et par les Burundais eux-mêmes, que nous, au sein de la communauté internationale, sommes prêts à soutenir ».
Avant de reprendre à son compte, le souhait de l’Onu de voir se dérouler pour le compte du Burundi, un dialogue « véritable et inclusif ».
Le dialogue interburundais qui a démarré en Ouganda ce lundi à Entebbe, sous l'égide du président ougandais Yoweri Museveni, a été reporté au 6 janvier 2016.
L’opposition burundaise et la majorité au pouvoir sont d’accord pour la poursuite du dialogue.L’UA pour sa part a indiqué qu’elle restait « optimiste » sur l’issue du dialogue.
source:koaci.com

Dior Niang

Mardi 29 Décembre 2015 - 08:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter