Burundi: des témoins évoquent l'existence de fosses communes

Au Burundi, des habitants de Bujumbura s'inquiètent de l’existence de présumées fosses communes, suite aux événements du 11 décembre. Des camps militaires avaient été attaqués et une répression sanglante s’en était suivie. Le porte-parole de l’armée avait parlé de « 79 ennemis tués ». Des organisations locales et internationales de défense des droits de l’homme avaient évoqué un bilan plus lourd, notamment la Fidh qui avait, en guise de bilan provisoire, fait état de 154 morts et d’environ 150 jeunes portés disparus. Des familles de la capitale se plaignent toujours de ne pas retrouver leurs proches.



Burundi: des témoins évoquent l'existence de fosses communes
 Pour les autorités, notamment locales, il n'y a pas de mystères. Des corps non identifiés provenant de Nyakabiga, Ngagara et Musaga ont été enterrés le 12 décembre vers 11h dans les cimetières de Kanyosha et Mpanda. Tous des assaillants ou leurs complices inhumés dans la foulée des attaques de casernes du 11 décembre, affirme le gouvernement. 58 personnes au total.
 
Mais pour cet homme qui travaillait à proximité du cimetière de Mpanda quand des corps ont été enterrés, les choses ne sont pas si simples. « Les gens n’en parlent pas parce que les policiers qui étaient là ce jour-là ont intimidé ceux qui se trouvaient là, raconte-t-il. Un des agents qui accompagnait les services municipaux nous a dit que c’était un secret entre nous et la commune. »
 
Ce témoin dit avoir vu 25 corps répartis dans cinq fosses situées à deux pas du carré VIP du cimetière. Ce chiffre correspond à peu près à celui donné par les autorités qui démentent le caractère secret. On n’aurait pas fait ça en plein jour et devant témoin, explique un officiel.

Rfi.fr

Mercredi 30 Décembre 2015 - 10:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter