Burundi: l'ONU juge illégale la détention de l'ex-policier Richard Hagabimana

Alors qu’au Burundi les experts de l’ONU poursuivent leur enquête sur les violations des droits de l’homme, le groupe de travail des Nations unies sur les détentions arbitraires a jugé illégales l’arrestation et la détention de Richard Hagabimana en juin 2015. A l’époque, le colonel de police avait contesté l’ordre d’ouvrir le feu sur les manifestants qui protestaient contre le troisième mandat du président Nkurunziza. Dans un document dont RFI a obtenu copie, le groupe de travail détaille les raisons de cet avis et souligne la «bravoure» de l’officier.



Pourtant, le colonel a été arrêté en juin 2015, accusé d’avoir participé au putsch manqué un mois plus tôt. Lui affirme qu’il se trouvait à l’étranger au moment des faits. Il est resté incarcéré jusqu’à son acquittement par la Cour suprême en janvier dernier. Richard Hagabimana a alors pris le chemin de l’exil, avant que la cour d’appel ne le condamne à perpétuité.
 
Pour l’ONU, la détention du colonel est illégale et arbitraire pour trois raisons principales. D’abord, le mandat d’arrêt a été émis après l’arrestation du colonel et n’a pas été renouvelé. Il a ensuite attendu cinq mois pour être présenté à un juge.
 
Enfin, ses avocats ont été révoqués et n’ont pas eu accès à son dossier, le privant ainsi du droit à un procès équitable.
 
Le groupe de travail souligne que le gouvernement du Burundi n’a « pas daigné répondre » à ces accusations dans les délais impartis et saisit le rapporteur spécial sur la torture pour enquêter sur les allégations de violences physiques subies par Richard Hagabimana.
 
Contactée par téléphone, la Garde des Sceaux burundaise n’était lundi soir pas disponible pour commenter cet avis.


Source: Rfi.fr


Mardi 14 Juin 2016 - 07:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter