Burundi: la Céni propose un nouveau calendrier électoral

Au Burundi, huit jours après le sommet des chefs d'Etat de l'EAC (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est), la Commission électorale nationale indépendante (Céni) vient de relancer le débat en annonçant un nouveau calendrier électoral. Ce dernier est censé respecter la proposition de report des chefs d'Etat de la région d'un mois et demi du processus électoral. Une proposition faite en l'absence de l'opposition et de la société civile qui ne reconnaissent plus une Céni diminuée par la fuite de deux de ses membres.



Officiellement, la Céni - qui compte désormais trois membres sur les cinq prévus par la Constitution du Burundi - n’a fait qu’une simple proposition et son président, Pierre-Clavier Ndayicariye, assure qu’elle respecte la recommandation des chefs d’Etat de la région d’un report des élections d’un mois et demi. Le premier tour de la présidentielle serait donc organisé le 15 juillet « un mois et demi après le sommet de Dar es Salam», souligne le président de la Céni. Mais avant cette élection, il y a bien sûr des législatives et des communales renvoyées au 26 juin, c'est-à-dire dans moins de trois semaines. Et comme le précise le président de la Céni, la campagne électorale en vue de ce double scrutin devrait donc commencer juste après-demain, mercredi.
 
Cette proposition n’a recueilli que quelques applaudissements mais personne ne l’a remise en cause. Il faut dire que dans la salle, on ne voyait que des politiciens de la mouvance présidentielle. La société civile et l’opposition radicale burundaise avaient boycotté la séance parce que « nous ne pouvons pas participer dans une réunion convoquée par une Céni qui n’existe plus constitutionnellement », a justifié Carles Nditijé, au nom de l’opposition. Il se réfère à l’article 90 de la Constitution du Burundi qui dit que la Céni est composée de cinq membres. Enfin, les décisions de cette commission sont prises par consensus aux quatre cinquième des voix. Après la fuite de deux de ses membres, cet organe est théoriquement paralysé. L’opposition exige désormais des négociations pour la mise en place d’une nouvelle Céni.

Rfi.fr

Lundi 8 Juin 2015 - 22:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter