Burundi : la trêve ce dimanche

Au sein du gouvernement burundais, les uns parlent d'entreprise terroriste alors que d'autres préviennent que l'armée ne prendra pas parti.



Le président burundais, Pierre N'kurunziza
Le président burundais, Pierre N'kurunziza

Après six jours de manifestations contre le président Pierre N’kurunziza, l’on annonce que l'armée restera neutre dans la crise.

Le ministre de la Défense, Pontien Gaciyubwenge a déclaré samedi que l'armée respectera la Constitution ainsi que l'accord de paix ayant mis fin à la guerre civile dans le pays.

Le ministre de l'intérieur a quant à lui dénoncé "une entreprise terroriste", après les attaques à la grenade qui ont tué trois personnes dont deux policiers vendredi à Bujumbura.

Le gouvernement a menacé de durcir la répression contre les opposants à un troisième mandat du président Pierre N’kurunziza.

Plus tôt dans la journée de samedi, les manifestants ont appelé à une trêve de deux jours dans leur campagne, pour que les familles aient du ‘’temps pour pleurer ceux qui avaient été tués dans les manifestations’’.

Au moins six personnes sont mortes depuis le début des manifestations de dimanche dernier.

Les manifestants reprochent au président N’kurunziza de violer la constitution et l'accord de paix, en voulant briguer un troisième mandat, accusation qu’il rejette, lui et ses partisans.


BBC Afrique

Dimanche 3 Mai 2015 - 08:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter