C’est aux citoyens de mettre fin à la délinquance politique et à la criminalité financière (Universitaire)



C’est aux citoyens de mettre fin à la délinquance politique et à la criminalité financière (Universitaire)
C’est l’avis du Professeur d’Economie à l’Université de Dakar, Abdoulaye SECK. Son sentiment est que « les sénégalais n’ont pas les dirigeants qu’ils méritent, si vous regardez la plupart des projets mis en place vous vous demandez ces gens là qu’est-ce qu’ils veulent pour le pays. Par exemple le monument de la renaissance africaine, qu’est-ce que l’économie sénégalaise y gagne, la qualité de nos leaders pose problème ».

Pour l’économiste qui était dans l’émission Remue-ménage de la Rfm ce dimanche, le problème fondamental va au-delà de la politique, il milite pour une révolution générationnelle dans la gestion du pays car pour lui « jeunesse rime avec innovation, avec des idées en phase avec le contexte mondial ».

Le Professeur Abdoulaye SECK répondant au présentateur sur la question des Institutions fortes pour le développement du pays explique que les Institutions ne sont que les règles du jeu qui récompensent ceux qui posent des actes qui vont dans le sens du développement et sanctionnent ceux qui posent des actes contraires. Seulement ce sont les citoyens qui doivent être à la base de la mise en place de solides institutions, des citoyens qui l’ont d’ailleurs compris dit-il. Le politicien vient sur le marché politique avec son offre qui doit répondre à une demande citoyenne explique le Professeur qui croit que la fin de la délinquance politique, de la criminalité financière doit-être l’affaire du citoyen.

Le problème insiste t-il encore c’est que nous n’avons pas encore des dirigeants qui ont à cœur le développement de notre pays qui pensent le pouvoir comme un moyen d’améliorer les conditions de vie des sénégalais.


Dimanche 2 Décembre 2012 - 12:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter