"C'est un coup monté", Thiat de "Y'en a marre"



"C'est un coup monté", Thiat de "Y'en a marre"
Le mouvement y en a marre  s’est adressé à la presse, sur l’arrestation de leurs camarades au Congo. Ils ont ainsi exigé d’une part que l’Etat se prononce sur la question . Car,  le porte parole du gouvernement congolais s’est prononcé sur Rfi pour charger les "Y'en à marristes" et les accuser de vouloir déstabiliser le Congo en apprenant aux jeunes « comment fabriqué des cocktails molotov (bombes)».
Pis, selon Thiat, le porte-parole du gouvernement congolais a accusé ses camarades de détenir de faux papiers. Ainsi, preuve à l'appui, le membre de "Y'en a marre"  brandi un passeport en bonne et due forme et un visa délivré par l’Ambassade du Congo, le 16 février dernier.
 
 
« Le  gouvernement congolais s’est prononcé sur la question    officiellement par la voie de son porte parole  . Il a donné de fausses informations, il a chargé nos camarades, il a dit clairement que nous avons de faux documents qui ne sont pas valables pour entrer sur le territoire congolais. Il a dit que nous étions dans ce pays pour entraîner les jeunes à préparer des cocktails molotov pour une éventuelles insurrection, que nous essayons de chambouler le calendrier électoral congolais et qu’ils ne laisseront pas faire, comme ce qui s’est passé au Burkina », dixit Thiat. Ainsi, ce dernier a tenu à apporter un démenti, il a brandi un passeport en bonne et due forme avec un visa en règle délivré par l’Ambassade congolais, le 16 février derniers.  


« Nous avons demandé le visa officiellement avec des papiers officiels de "Y'en a marre". Donc ils  savent pertinemment bien qui nous  sommes », a t-il déclaré. Et d’ajouter: «Nous n’avons jamais prôné la violence. Nous ne savons pas comment faire un cocktail molotov. Nous sommes un mouvement non violent raison pour laquelle on a toujours montré la positive attitude en signe de paix, on ne répond pas à la violence, ni aux coups que l’on prend ». Les "Y'en a marristes", très inquiets sur le sort de leurs camarades, ont ainsi exigé du gouvernement d’entrer en contact avec eux pour qu’ils puissent avoir les bonnes informations concernant Fadel Barro et cie. Ainsi diront ils: « Comme c’est le porte-parole du gouvernement congolais  s’est prononcé en nous chargeant, on exige du gouvernement sénégalais qu’il  réponde par voie officielle ou qu’il entre en contact avec nous parce que la situation devient sérieuse. On n'est pas en contact avec le gouvernement, nous ne savons pas ce qui se passe ».
 
 
 Thiat pense par ailleurs qu’il s’agit d’un piège: «Ils nous ont utilisé comme des guet open (piège). Ils nous ont délivré des visas et ils sont revenus pour dire que ces visas étaient faux. C’est un coup monté,...". "Des démarches sont en train d’être faites...On nous parle de bras cassés et un qui ne peut plus marcher. C’est le flou total».
 


Lundi 16 Mars 2015 - 15:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter