CAN 2012 - Côte d'ivoire: les Eléphants se barricadent

Les Eléphants se seraient-ils transformés en huîtres ? Fermée à double tour aux médias depuis le début de la CAN, l’équipe ivoirienne n’a pas pour l’heure à se plaindre de cette stratégie, même si elle n’est pas sans risques. Décryptage.



CAN 2012 - Côte d'ivoire: les Eléphants se barricadent
« Pour vivre heureux, vivons cachés », dit-on parfois. Ce célèbre proverbe, l’équipe Côte d’Ivoire l’a fait sien depuis le début de cette CAN 2012. Si les résultats ne donnent pour l’instant pas tort aux Eléphants, la méthode est plus discutable sur le fond. En particulier depuis l’arrivée de la Séléphanto à Libreville : logés dans une résidence ultra-sécurisée à quelques encablures du stade de l’Amitié, François Zahoui et ses hommes sont gardés comme les joyaux de la couronne, et ne sont accessibles aux médias que lors des conférences de presse ou en zone mixte, après les rencontres. Quand ces messieurs daignent prendre le temps de s’arrêter répondre aux questions des journalistes. Mercredi soir, dans les coursives du stade de l’Amitié, ce ne fut pas le cas pour Gervinho et Didier Drogba, qui, contrairement à la plupart de leurs coéquipiers, refusèrent de s’adresser à la presse écrite, se bornant à s’exprimer pour des caméras amies. « Ils n’ont pas apprécié certaines appréciations de la presse lors du premier tour », nous explique alors un confrère ivoirien. Il y aurait donc les bons journalistes, qui passent systématiquement la brosse à reluire et les autres, personae non gratae ? Drôle de conception de la liberté de la presse…

Cette stratégie du bunker est-elle pour beaucoup dans le sans-faute de la Côte d’Ivoire jusqu’alors ? Et, si oui, sera-t-elle payante jusqu’au bout ? Pour les joueurs, qui vivent pratiquement en vase clos, les journées risquent d’être terriblement longues. Interrogé à ce sujet en conférence de presse, Didier Zokora répondit à côté de la question. Dans un entretien exclusif à Footafrica365.fr, Jean-Jacques Gosso confia lui partager son temps entre la lecture du Da Vinci Code et l’écoute de musique religieuse. Si les Dieux semblent pour l’instant avec l’ancien Monégasque et ses coéquipiers, la fermeture à double tour pourrait se retourner contre l’équipe en cas de défaite en finale. Privés de la parole depuis près d’un mois, les joueurs pourraient alors vider leur sac de façon dévastatrice. Mais nous n’en sommes pas encore là.
Patrick Juillard, à Libreville (Rédaction Football365/FootSud)


Vendredi 10 Février 2012 - 09:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter