CAN 2012 - Eliminatoire prématurée du Sénégal: Abdoulaye Makhtar Diop réclame la tête de Amara Traoré

Le ministre des Sports a fini de préparer le terrain à la Fédération sénégalaise de football (FSF) pour qu'elle envoie le sélectionneur national à «la guillotine». Seul coupable à ses yeux de la défaite des «Lions», dans la Can 2012, Abdoulaye Makhtar Diop, réclame la tête de Amara Traoré.



CAN 2012 - Eliminatoire prématurée du Sénégal: Abdoulaye Makhtar Diop réclame la tête de Amara Traoré
Sans le citer une seule fois, le ministre des Sports, impute l’entière responsabilité de l’élimination prématurée du Sénégal de la Can 2012 au staff technique des «Lions».

Dans un réquisitoire à peine voilé, Abdoulaye Makhtar Diop ordonne à la Fédération sénégalaise de football d’ôter de la tête de la sélection nationale, Amara Traoré, seul coupable à ses yeux de la déconvenue des «Lions» en terres équato-guinéennes.

Venu rendre visite hier, dimanche 29 janvier 2012, à la presse et au comité d’accueil de la délégation sénégalaise à l’hôtel Carmen qui devait faire office de tanière, selon lui, le ministre des Sports en à profiter pour interpréter le message que le président de la République a adressé aux «Lions».

Sans rentrer dans les détails, il a retenu la conclusion du Chef de l’Etat qui dit ceci : «toutes les leçons de cette expédition doivent être tirées, sans complaisance, mais aussi sans rancune ni règlement de compte».
D’emblée avertit Abdoulaye Makhtar Diop : «si nous évoquons la fatalité, pour nous réjouir de notre parcours, nous allons nous abstenir de toute évaluation. Or, le message du président de la République, dans sa conclusion est très claire : “évaluation sans complaisance et sans rancune“».

«La lecture que j’en ai, ajoute-t-il, est très simple. Evaluation sans complaisance, je suppose que ça s’adresse à la Fédération. Evaluation sans rancune, je suppose que ça s’adresse au ministre des Sports, si l’on pense à ce qui c’était passé quelques semaines avant la signature du contrat».

Le renouvellement du contrat de Amara Traoré avait fait couler beaucoup d’encre et de salive et a même vicié les relations entre l’instance fédérale et le département des Sports qui se regardent depuis cette date en chiens de faïence, rappelle-t-on.

«Personnellement, je peux dire que je suis un homme sans rancune, sans rancœur et que dans notre travail, l’impartialité commande notre démarche», indique-t-il.

«Toutefois s’est-il empressé d’ajouter, le peuple, le président de la République qui a donné tous les moyens, le gouvernement et particulièrement le Premier ministre, le ministre d’Etat, le ministre des Finances qui ont mobilisé toutes les ressources nécessaires à la préparation de cette Can, alors que le budget 2012 du Sénégal n’était pas en place, n’ont pas eu le plaisir, la joie de recevoir la coupe d’Afrique, ils doivent avoir la joie d’une évaluation objective».
«Pour ce qui me concerne, indique-t-il, tant que je serai ministre des Sports, je continuerai de m’investir pour le sport tel que je l’ai fait jusqu’ici». «Je pense que la Fédération telle qu’elle a été élue, reste jusqu’au terme de son mandat et donc, a tout un champ, de temps, de moyens pour travailler», estime-t-il.

Et le staff technique ? Pas un seul mot. Et même quand il a fait allusion au renouvellement du bail du sélectionneur, le ministre des Sports s’est gardé de prononcer le nom de Amara Traoré.

A ceux qui disent que 75% de l’effectif du Sénégal participe à une première coupe d’Afrique afin de mettre cet échec sur le compte de l’inexpérience, Abdoulaye Makhtar Diop répond : «et la Guinée-Equatoriale ?». Ce qui pays qui a éliminé le Sénégal n’a jamais pris part à une phase finale d’une Can depuis sa création en 1957, ni organisé une seule compétition.

Pire, ajoute le ministre des Sports, cette fois en wolof (le choix de la langue n’est pas gratuit), «nous ne disons pas que nous sommes des favoris de cette Can. Mais, qui ose me dire que le Sénégal n’est pas favori de sa poule ?» composée par la Zambie, la Libye et la Guinée-Equatoriale, s’interroge Laye Makhtar.

Aux joueurs, il a tenu à dire qu’il faut qu’ils comprennent qu’autant le pays à besoin d’eux mais eux aussi ont besoin du pays. Il cite l’exemple de Papiss Demba Cissé et Moussa Sow qui ont signé de nouveaux contrats respectivement avec Newcastle et Fenerbache.

«N’eut été le Sénégal, El Hadji Diouf, Pape Bouba Diop, Henri Camara etc. n’allaient pas jouer en Angleterre. C’est la coupe du monde 2002 en Corée du Sud et au Japon qui les a propulsés», rappelle-t-on comme pour dire aux joueurs de mouiller davantage le maillot national.

«Nous avons une jeune équipe. Nous avons des joueurs de très grande valeur. Il faut que par notre discours, par l’attention que nous leur portons, qu’ils sachent que nous continuons à croire en eux», dit-il.
Au président de la Fédération qui a dit que c’est sa première Can, Abdoulaye Makhtar Diop lui répond en ironisant : «c’est une leçon à retenir qu’il y a des détails à maitriser».

«Car, relève-t-il, depuis les préliminaires, le gouvernement du Sénégal a travaillé à mettre les «Lions» dans les meilleures conditions de préparation. Le gouvernement à mis les «Lions» dans les meilleures conditions de participation. Le football est ce qu’il est. C’est incontestable. L’infortune ou la fortune d’un match ne sont pas des paramètres scientifiques maitrisables».

«Toutefois, s’est empressé d’ajouter le ministre des Sports, il reste que tout ceci ne doit pas exonérer les uns et les autres de leur responsabilité dans le cadre de l’analyse d’une compétition».
«Je crois que nous devons en nous projetant dans le futur, qui est un futur proche, parce que les éliminatoires de la prochaine coupe d’Afrique des nations, organisée en année impaire, commencent dans six mois, aux mois de juin et juillet prochains», relève-t-il.

«Donc, nous devons répéter toutes les gammes positives qui nous ont amené à faire une bonne préparation et une bonne participation. Les éléments maitrisables qui ont conduit à ce résultat, doivent véritablement être extirpés, analysés et prendre des mesures pour avoir de meilleurs résultats dans le futur», tonne-t-il.

Les Jeux olympiques en ligne de mire

Abdoulaye Makhtar Diop, souligne par ailleurs ceci : «il reste que l’avenir du football sénégalais rapporté à la compétition internationale, si tant est que le résultat d’une compétition est un élément d’évaluation, cet avenir du football sénégalais de ce niveau se pose».

«Je pense qu’il nous faut serrer les rangs. Serrer les rangs, c’est à dire qu’il faut, à mon avis, garder une atmosphère, une ambiance de sérénité autour de l’équipe nationale de football et avoir à l’esprit aussi que nous avons en vue la qualification aux Jeux Olympiques», fait-il remarquer.

«Donc, souligne-t-il, il faut véritablement, dans les mois qui suivent, que nous transférions notre engagement, notre détermination à aider le Sénégal à se qualifier aux JO, mais aussi faire en sorte que le semestre qui vient, soit un semestre où nous prendrons les bonnes décisions pour que l’équipe nationale de football puisse se qualifier à cette fête».
Abdoulaye THIAM (Sud quotidien)


Lundi 30 Janvier 2012 - 09:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter