CAN 2015 : le casse-tête Ebola - incertitudes sur la terre d'accueil de la compétition

Le Maroc a fait une demande officielle de report. La CAN l'a refusée et songe à organiser la compétition ailleurs.



CAN 2015 : le casse-tête Ebola - incertitudes sur la terre d'accueil de la compétition
A trois mois jour pour jour du match d'ouverture de la Coupe d'Afrique des nations 2017, le 17 janvier 2015, on ne sait toujours pas où la compétition aura lieu. Le Maroc, pays désigné pour accueillir la plus grande compétition africaine, a en effet déposé le 10 octobre dernier une demande officielle de report devant la Confédération africaine de football (CAF).

"Je rappelle qu'il s'agit d'une demande motivée essentiellement par le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), où il est question de chiffres et de dimension alarmants quant à la propagation du virus (près de 4.500 morts, essentiellement en Afrique de l'Ouest, ndlr). Tout ça nous met devant une responsabilité historique", a justifié le ministre des Sports, Mohammed Ouzzine. Le Maroc estime que la situation causée par Ebola n'est pas gérable en l'état. "Le problème qui se pose n'est pas le même que pour le Mondial des clubs par exemple (maintenu au Maroc en décembre). Pour la CAN, il y a des joueurs qui n'auront pas l'autorisation de participer de la part de leurs clubs, et on parle d'un nombre très important de supporters : 100.000, 200.000, 300.000 ou même plus. Je crois qu'on n'est pas outillé pour ça et je vois mal un autre pays qui est outillé aujourd'hui pour pouvoir assurer le suivi et le contrôle sur un nombre aussi important."

La CAF inflexible. Mais la demande de report du Maroc a été immédiatement rejetée par la CAF, qui a décidé de maintenir la compétition aux dates prévues, c'est-à-dire entre le 17 janvier et le 8 février 2015. "La CAF a enregistré cette requête et confirme qu'aucun changement n'est à l'ordre du jour du calendrier de ses compétitions et évènements", a-t-elle indiqué dans un communiqué, sans préciser si la compétition serait maintenue au Maroc ou non. Si l'organisateur de la CAN a précisé qu'une réunion sur la question aurait lieu le 2 novembre, cela ne l'empêche pas, visiblement, de réfléchir en attendant à une solution de repli.
 

Ainsi, plusieurs pays auraient été sondés, dont le Ghana et l'Afrique du Sud, qui avait déjà été utilisée comme solution de repli l'an dernier pour accueillir l'édition 2013 de la CAN, initialement prévue en Libye. Dans une lettre adressée à la fédération sud-africaine, la CAF, via son secrétaire général Hicham El Amrani, lui demande si elle serait prête à organiser la compétition, dans le cas où le Maroc refuse, ce terme étant souligné. Car, contrairement à ce qui a pu circulé, le Maroc, qui a lancé mercredi un "plan national" pour "empêcher l'entrée du virus Ebola" sur son territoire, n'a pas encore à ce jour officiellement renoncé à organiser la compétition.


Jean Louis DJIBA

Vendredi 17 Octobre 2014 - 16:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter