Hier, la CAF a tranché : le Gabon organisera la Coupe d’Afrique des Nations 2017. Un sacré camouflet pour l’Algérie qui souhaitait accueillir cette compétition. Présent au Caire, le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, a avoué être déçu comme il l’a confié au Buteur  : « Sincèrement, on ne s’attendait pas à cette décision. Nous avions fourni un dossier solide pourtant, qui répond aux exigences de la CAF. On est surpris et je ne comprends pas sur quel critère on a choisi le Gabon comme pays hôte. L’Algérie a été victime des coulisses. »

 
Des accusations sérieuses de la part de ce membre du gouvernement algérien qui assure qu’il y aura des conséquences à cette affaire : « Dorénavant, on va changer notre politique avec les instances qui gèrent le football en Afrique (CAF) étant donné que les décisions se font à présent dans les coulisses et suivant des critères qu’on ne connaît pas », avant d’ajouter : « Je ne comprends toujours pas comment on a choisi le Gabon. Notre dossier était nettement meilleur. Il y a eu un jeu d’intérêts dans cette décision et à ce propos nous allons demander des explications à notre représentant dans ce comité exécutif de la CAF (Mohamed Raouraoua) ». Les mauvaises relations de ce dernier avec Issa Hayatou, le président de la CAF, seraient l’une des raisons de la non-attribution de la CAN 2017 à l’Algérie.