CDM- ½ Finale- Brésil – Allemagne : Orpheline de Neymar, la Seleçao doute de ses forces

Le forfait sur blessure de Neymar complique la tâche du sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari, contraint de revoir son organisation avant d’affronter l’Allemagne en demi-finale du Mondial-2014, mardi, à Belo Horizonte.



CDM- ½ Finale- Brésil – Allemagne : Orpheline de Neymar, la Seleçao doute de ses forces
En panne de fantaisie et de créativité depuis le début de « sa coupe du monde », la Seleçao a jeté aux oubliettes le beau jeu, le fameux "jogo bonito". Elle a préféré miser sur les coups d’éclats de sa star Neymar et l’engagement physique de ses joueurs à vocation défensive pour se hisser sans briller en demis. Une stratégie bancale qui lui a fait frôler le pire lors des huitièmes, qui ont failli être fatales aux Auriverde face au Chili (1-1 et 3-2 aux tirs au but).
Seulement, au moment de défier l’Allemagne, le 8 juillet à Belo Horizonte, le Brésil devra se passer de la magie de sa star Neymar, forfait sur blessure jusqu’à la fin du mondial. Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari aura beau se creuser la tête, il n’a aucun joueur aussi imprévisible dans son effectif, capable de faire pencher la balance en faveur de son équipe, à l’instar d’un Messi ou d’un Cristiano Ronaldo.
 
Neymar, un talisman pour la Seleçao
 
Même en unissant leurs forces, le puissant Hulk, le fantomatique Fred et l’inconstant Oscar, titulaires depuis le début de la compétition, auront du mal à faire oublier les gestes déroutants, les courses incessantes et les passements de jambe endiablés de l’enfant chéri des supporteurs brésiliens.
 
Surtout qu’en plus de ses quatres buts inscrits lors des phases de poule, Neymar était perçu comme un talisman. Tant qu’il était sur le terrain, il ne pouvait rien arriver à la Seleçao. Même quand elle développait un jeu insipide, qui a montré ses limites face au Mexique (0-0), lors de la phase de groupe, et en huitièmes de finale.
 
En outre, Luiz "Felipão" Scolari devra également se passer de son capitaine et socle de la défense, Thiago Silva, suspendu pour avoir accumulé deux cartons jaunes depuis le 12 juin. Contraint de revoir sa copie en l’absence de ces deux titulaires indiscutables, le sélectionneur brésilien se doit de rassurer rapidement les quelque 200 millions de Brésiliens qui rêvent de voir les Auriverde soulever la Coupe du monde le 13 juillet.
 
Avec Willian ou Bernard ?
 
Il devra trouver des solutions à même de déstabiliser l’Allemagne qui se présentera face à elle non seulement avec tous ses titulaires, mais surtout avec l’appétit d’un prétendant au titre. Si le Parisien Thiago Silva devrait être vraisemblablement être supplée par Dante, le défenseur central du Bayern Munich, la question est plus épineuse concernant le remplacement de Neymar, pour lequel l’organisation actuelle de la Seleçao avait été bâtie.
 
Selon la presse brésilienne, deux joueurs sont en ballotage : Bernard, l’ailier de poche du Chakhtior Donetsk, et Willian, le passeur de Chelsea. Le premier préfère évoluer sur un côté, tandis que le second est un joueur axial par excellence. Sans surprise, aucun des deux ne présente le même profil que le numéro dix des Auriverde, le seul joueur à bénéficier d’une carte blanche de son sélectionneur quant à son positionnement sur le terrain, jouant, avec la même aisance technique, tantôt sur une aile, tantôt dans l’axe. Hélas pour Scolari, le Parisien Lucas, qu’il n’a pas retenu, aurait pu correspondre à un tel cahier des charges.
 
Enfin, si "Felipão" privilégie un schéma plus défensif, il pourrait titulariser Ramires, le milieu défensif de Chelsea, pour bloquer l’entrejeu allemand.
 
Les Brésiliens, qui seront assurément confrontés à un pressing constant de la part des Allemands, devraient concentrer leurs efforts à assurer leurs arrières, en ne prenant aucun risque offensif en l’absence de Neymar. Ils devraient procéder par contre, s’en remettre aux coups de pied arrêtés, voire espérer un arbitrage maison comme ce fût le cas contre la Croatie et la Colombie. Non vraiment, pour le "jogo bonito", il faudra repasser plus tard.
 
 

France24.com

Mardi 8 Juillet 2014 - 11:57