CNG de lutte-Alioune Sarr: «Il est impensable qu'un inconnu puisse venir affronter nos champions»

Le président du CNG de lutte campe sur sa position et est contre la matérialisation du combat entre Rocky Balboa et Bombardier. Pour le Dr Alioune Sarr, il n'est pas acceptable « qu'un inconnu » sans palmarès vienne affronter les champions de la lutte sénégalaise.



L'affiche Bombardier vs Rocky Balboa n'aura finalement pas lieu. Le CNG de lutte s'est ainsi prononcé. Ce, à l'issue de sa rencontre avec le promoteur du combat, Mansour Aw, hier lundi pour discuter de cette problématique. Le président Alioune Sarr s’est confié au quotidien Sunu Lamb pour donner ces raisons: «Nous restons sur des principes. La lutte sénégalaise, qu’il s’agisse de la lutte traditionnelle sans frappe ou avec frappe, est un sport bien de chez nous. La morale voudrait que quel que soit ce que l’on fait, qu’on puisse avoir un palmarès. Il n’a jamais été question pour nous de poser le problème de roi des arènes mais le principe par rapport aux ténors de notre sport national ».


Et de poursuivre : «Le comité ne peut pas accepter qu’un illustre inconnu vienne rencontrer les ténors. Voilà le principe sur lequel nous sommes restés ». Sur la légalité ou non d’une telle décision du CNG par rapport aux textes qui régissent la lutte sénégalaise, le président de l’instance de la lutte affirme qu'«il y a ce que l’on appelle l’esprit et la lettre. Ce que les textes ne disent pas sera réglé par la structure dirigeante". "Il est impensable qu’un inconnu puisse venir affronter nos champions", coupe le CNG de lutte qui 
exhorte le promoteur Mansour Aw à changer de fusil d’épaule et de trouver un autre adversaire à Bombardier, s’il a toujours l’intention de ficeler un combat avec le roi des arènes. Car, pour Alioune Sarr, le leader de l’écurie de Mbour a plusieurs potentiels adversaires au Sénégal. Pour sa part, Rocky Balboa est invité à venir au Sénégal, faire ses preuves dans l’arène comme tous les autres.
 

 


Mardi 10 Novembre 2015 - 09:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter