CNRI-Exclusivité de la nationalité sénégalaise aux candidats à la présidence: Jean Paul Dias fait feu de tout bois

La décision de la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI), de réserver la candidature à la présidence exclusivement à ceux qui ont la nationalité sénégalaise continue de créer une discorde. Le président de ladite commission Amadou Makhtar Mbow, est indexé par Jean Paul Dias qui pense que cette idée relève d’une « véritable hypocrisie».



CNRI-Exclusivité de la nationalité sénégalaise aux candidats à la présidence: Jean Paul Dias fait feu de tout bois
Le Bloc des Centristes Gaïndé (BCG) dirigé par Jean Paul Dias ne  se réjouit pas  de cette idée et décide  de mener le combat. L'allié du président Sall qui se sentirait directement viser par se projet déclare avec  ses compagnons du BCG : « L’exclusivité de la nationalité sénégalaise exigée du candidat à la présidence de la République révèle d'une véritable hypocrisie pour un pays comme le Sénégal ».

Les centristes qui indiquent leurs position de refus total de cette idée ragent: « Le premier et le troisième président de la république étaient au moins bi- nationaux, des indices très clairs permettent aussi de soutenir que le second était bi- national. Nul ne peut démonter qu’ils aient trahi le pays».  Jean Paul Dias qui compte maintenir sa position définie cette idée comme ayant une origine « Crypto personnelle » car selon lui, elle ne correspond pas à la réalité d’un monde globalisé, ni à l’attachement constitutionnel à l’unité africaine et au vécu du Sénégal, terre de rencontre et de départ. Ainsi pour mieux cerner et comprendre l’idée Dias,  propose une réflexion plus profonde sur la déchéance du président en cas de fausses déclarations sur sa nationalité.

 « La législation sénégalaise devrait envisager d’introduire la grâce amnistiante» soutient par ailleurs Jean Paul Dias et Cie qui, ayant examiné le questionnaire servi aux partis politiques et à la société civile, constatent que c’est juste un moyen qui cherche à faire avaliser les conclusions des assises nationales qu’avait  pilotées  Amadou Maktar Mbow.  

Le BCG qui n’a pas été associé à ces assises n’a pas convenance à y souscrire, car disent- ils tout le questionnaire porte sur le contenu d’une nouvelle constitution à laquelle Jean Paul Dias n’adhère même pas, car «cela ne se justifie nullement»  dit-il sur les colonnes du journal "l'observateur".

Lamba Ka

Mardi 26 Novembre 2013 - 11:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter