CONSCIENCE ET PATRIOTISME !



Le prétexte est tout trouvé pour nous appesantir sur ce qui en fin de compte ne peut relever que du déficit criard de patriotisme à savoir l’état de délabrement avancé du continent africain sur tous les plans essentiels de la vie humaine. Certes, on n’en a guère besoin de gros pour appâter un gros gibier mais nous devons nous rendre à l’évidence que la sortie malheureuse de notre farfelu (trouverait-on meilleur qualificatif ?) secrétaire exécutif du conseil national à la Sécurité Alimentaire, Ali Mohamed dit Sega Camara, en est un des plus alléchants. Au détour d’un de ces machins pompeux et creux dénommés conseil interministériel, notre luron tout trépignant de joie, ravi sans doute d’avoir trouve l’incantation idoine pour faire fondre les arguments alarmants annonçant la crise alimentaire au Sénégal annonce tout que « «les spécialistes de la sous- région et même le Cilss (Comité Permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel) sont d’accord que le Sénégal a atteint le niveau trois, alors que pour atteindre la crise, il faut un niveau quatre».



Ainsi donc, dans l’optique de Sega Camara, il n y a vraiment pas de quoi fouetter un chat quand bien même le Sénégal va lancer un plan d’assistance alimentaire à 67 500 ménages sénégalais. Et pour davantage illustrer ce haut fait politique – sous les tropiques – la distribution des vivres de soudure va commencer dès la semaine prochaine à partir de la ville de Oussouye en pleine Casamance, jadis grenier du pays, aujourd'hui mise à rude épreuve entre une meute de hors la loi et une bande de soldat dépenaillées, toutes marionnettes de sordides politiciens. Cette belle prestance de Sega Camara est la peinture achevée du portrait -robot des administratifs sans aucun patriotisme qui se sont succédés aux rouages des Etats. Toutes les infrastructures de développement mises en place et léguées par la génération des premiers commis qui avaient à cœur de relever un challenge ont été systématiquement démantelées ou dévoyées par les générations suivantes.


Le pire est que le funeste de l’entreprise nous fait croire que cela n’a pu être que le fruit de l’inconscience. Car l’inconscience engendre l’ignorance qui est la plaie publique : l’antipatriotisme ! Oui aux générations premières formées à bonne école, pétries de valeurs et positivement motivées ont succédé des cohortes hétéroclites de petites gens, profession : politiciens, en bandoulière, plus obnubilées par leur statut et niveau de vie égarées, ici, par un choix douteux ou placées, là, par népotisme, toujours mal formatées et incapables de subodorer une utilité à moyen ou long terme !

Saourou Thiebane, cilpdak.blogspot

Jeudi 12 Juin 2014 - 13:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter