CREI, condamnation de Karim, arrestations de libéraux : le MEEL ne rate pas Macky



CREI, condamnation de Karim, arrestations de libéraux : le MEEL ne rate pas Macky
Le Mouvement des Elèves et Etudiants Libéraux (MEEL) est dans tous ses états. «La CREI a fini par installer le règne sans partage du démon de la division, de l’exaspération, des haines et des rancœurs, d’une justice à géométrie variable, creusant ainsi la fracture sociale la plus périlleuse et la plus profonde de l’histoire politique du Sénégal. C’est ainsi que Macky dans son élan de démantèlement du PDS (Parti Démocratique Sénégalais), a fait condamner le candidat du PDS aux prochaines élections présidentielles à une peine sévère. Son seul crime aujourd’hui, c’est d’être le fils du président Abdoulaye WADE, en plus d’être victime de sa popularité qui fait de lui un challenger sérieux pour Macky SALL», crachent le secrétaire général adjoint, El Hadji DIAW et Cie qui martèlent :

 
 
«La preuve en est qu’aucun rapport d’audit ne l’a épinglé pour mauvaise gestion sans compter les nombreuses commissions rogatoires qui sont revenues bredouilles. Toujours dans sa logique de destruction du PDS, il a mis aux arrêts le responsable des Cadres du parti Abdoul Aziz DIOP, celui des jeunesses libérales Toussaint MANGA, Aïda Ndiongue qui a comme tort le seul fait de soutenir financièrement le parti et enfin le responsable des élèves et étudiants libéraux Victor Sadio DIOUF. En effet, ce dernier est victime d’un complot orchestré contre le MEEL par le régime en place. Comment peut-on comprendre qu’un bus incendié à l’occasion d’une grève qui n’était pas de l’initiative du MEEL, soit imputé au secrétaire général. C’est pourquoi nous exigeons sa libération afin de terminer avec cette comédie judiciaire».

 
Ce, en dénonçant «parallèlement à cette situation judiciaire alarmante », le fait selon eux que «le Sénégal est loin d’embrasser le sceau des prémisses de l’émergence tant vanté et chanté par l’actuel régime. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’un homme ordinaire ou médiocre n’est pas digne de diriger un peuple comme le Sénégal car n’incarnant ni l’espoir ni le renouveau. L’économie sénégalaise est plombée par le manque de vision de ce régime aux abois. La preuve en est qu’au moment où le gouvernement chante le PSE sous tous les toits, le Sénégal a un taux de croissance de moins de 4%, un taux d’endettement qui est passé de 32% en 2012 à 43% en 2014».


Pire, «dans un contexte où l’éducation nationale nage en pleine crise en s’acheminant vers une année blanche, le président n’a rien trouvé de mieux que de menacer les enseignants. Ceci n’est pas surprenant car aucun de ses enfants n’étudie dans nos écoles. Poursuivant sa politique d’austérité budgétaire, le régime en place a fini de retirer à plus de 70% des étudiants leurs allocations boursières. Cette situation catastrophique se reflète aussi dans le secteur de la santé qui souffre, la ménagère peine toujours à remplir son panier faute de moyens financiers. Bref les sénégalais ne vivent plus, ils ne font que survivre », ragent les jeunes libéraux qui enfoncent le clou.


«Tenez-vous bien, en ce même moment de crise, Macky ne trouve rien d’autre qu’à faire des tournées politiques déguisées en tournées économiques. La preuve en est qu’au cours de ces tournées on assiste à des débauchages ainsi qu’à la distribution de l’argent du contribuable. On comprend aisément qu’il se retrouve à faire l’apologie de la transhumance. Ironie du sort, ces tournées n’ont engendré que des engagements qui font aujourd’hui 3314 milliards soient plus que le budget du Sénégal. Irrationnel, n’est-ce pas ???  Sur le mandat du président de la république, les étudiants libéraux n’accepteront pas que Macky SALL revienne sur son engagement de le ramener à 5ans. Nous lui rappelons que le problème de faisabilité ne se pose guère».  
 


Samedi 25 Avril 2015 - 11:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter