CREI : sous la férule des questions d’Antoine Félix Diom, Bibo Bourgi demande à être confronté avec Bara Tall

Placé sous mandat de dépôt avec Karim le 17 avril dernier avant de bénéficier de la liberté provisoire pour raison de santé, Ibrahima Khalil dit Bibo Bourgi a été entendu hier par les juges de la Commission d’Instruction (CI) de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI). Que ce fut explosif. Entre le transfert d’actions vers le Luxembourg, les révélations de Bara Tall sur le terrain de la Corniche, les dépositions des supposés « prête-noms », le présumé complice de Wade-fils dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis a été cuisiné durant dix (10) tours d’horloge en présence du substitut du Procureur spécial, Alioune Ndao qui lui a posé 25 questions.



CREI : sous la férule des questions d’Antoine Félix Diom, Bibo Bourgi demande à être confronté avec Bara Tall
Avant Pape Mamadou Pouye ce mercredi et Karim demain jeudi, Bibo Bourgi est passé hier à la CI de la CREI. Et c’est flanqué de ses avocats Mes Guédel Ndiaye, Baboucar Cissé et Moise Thior que Bibo Bourgi a passé presque toute une journée à la CREI. L’audition débutée à 10 heures s’est poursuivie jusqu’à 15 heures avant d’être suspendue  pour reprendre jusqu’à 22 heures. 10 heures d’audition où il n’y a eu aucun répit pour le présumé complice du célèbre détenu de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss.
Sous la férule du substitut du procureur spécial, Antoine Félix Diom qui a posé à lui seul 25 questions, le parquet spécial  a été d’attaque.


Entre les résultats selon le journal « libération » de la commission rogatoire effectuée dernièrement au Luxembourg, un transfert d’actions de Daport, l’une des sociétés présumée appartenir à Karim, en plus de Fraport, d’Afriport qui impliquerait par ailleurs Bibo Bourgi au moment où les enquêtes suivent leur cours. Ce dernier a beau juré qu’il ne pouvait pas faire ce transfert parce que sous contrôle judiciaire mais cela n’empêche pas les juges de revenir à la charge avec les révélations du patron de Jean Lefèvre, Bara Tall qui cite l’auditionné du jour dans une nébuleuse autour d’un terrain sur la Corniche. Un terrain que Bara Tall dit avoir remblayé avant qu’un beau jour le président sortant Wade en personne ne l’appelle pour lui demander de le partager avec Karim et Bibo Bourgi.
 

Des accusations qui ne laissent pas de marbre ce dernier qui demande à être confronté non seulement avec ses anciens employés Paul et Madeleine Sarr dont les noms figurent sur les papiers de constitutions d’ABS et Bara Tall, lui-même. 


Mercredi 2 Avril 2014 - 11:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter