Cameroun : Kolofata, un mort dans un attentat-suicide déjoué grâce au comité de vigilance

Un attentat-suicide a été évité ce dimanche à Kolofata grâce à l’intervention des membres d’un comité de vigilance, apprend-on de sources sécuritaire et communautaire concordantes.



Cameroun : Kolofata, un mort dans un attentat-suicide déjoué grâce au comité de vigilance
Une jeune femme portant une charge, repérée par les membres du comité de vigilance de Kolofata (département du Mayo-Sava, région de l’Extrême-nord), puis neutralisée, a trouvé la mort dans l’explosion de sa charge. La jeune dame s’apprêtait à faire déclencher sa bombe dans un marché de la localité, rapportent nos sources.
Très vite repérée, les membres du comité de vigilance se mettent à la poursuite de la jeune fille qui, fait exploser sa charge et se tue toute seule.

Le lundi 28 décembre 2015, 2 femmes kamikazes se tuaient à l’entrée de Bodo, un village du département du Logone-et-Chari, région de l’Extrême-Nord. Elles avaient été neutralisées grâce à l’intervention des membres du comité de vigilance.
 Achigachia, le 29 décembre deux autres kamikazes, trouvaient la mort suite à l’explosion de leurs charges. Elles avaient été repérées par des membres du comité de vigilance de la localité.
Deux jours plutôt, à Tolkomari (Mayo-Sava), un autre attentat-suicide était déjoué, grâce à la détermination des membres du comité de vigilance.

Biya, le chef d’État camerounais, vient de saluer l’action des comités de vigilance comme étant « un groupe de citoyens déterminés qui défendent et protègent leur territoire, aux côtés de l’armée ».
Munis de sifflets, de lances ou de flèches, la mission des membres du comité de vigilance,, est de défendre le territoire, mais surtout, de fournir à temps, des informations aux autorités administratives et/ ou militaires, dès qu’une incursion est repérée.

Certains membres des comités de vigilance, quand ils ne sont pas pris individuellement pour cibles par les éléments de la secte, se retrouvent souvent dans le box des accusés comme des complices locaux, de Boko Haram.
source:koaci.com

Dior Niang

Lundi 4 Janvier 2016 - 07:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter