Cameroun: Plus de 4.000 personnes marchent à Yaoundé contre boko haram

Plus de 4.000 personnes ont marché samedi à Yaoundé aux côtés de près de 10 membres du gouvernement "en soutien à l’armée camerounaise" qui fait face aux attaques du groupe islamiste nigérian boko haram dans la région de l’Extrême-Nord et "en solidarité" aux milliers de déplacés internes dans la zone, a constaté ALERTE INFO.



Marche du 28 février 2015 à Yaoundé
Marche du 28 février 2015 à Yaoundé

"Non à Boko haram", ont scandé des milliers de Camerounais répondant à l’appel du collectif "unis pour le Cameroun" en majorité composé de journalistes.

 

Cette marche qui s’est effectuée sur une distance d’un kilomètre a vu la participation de quelques Centrafricains et Tchadiens dont l’armée est également engagée aux côtés des soldats camerounais à l’Extrême-Nord du Cameroun.

 

De la poste centrale de Yaoundé au rond-point de la Primature en passant par le boulevard du 20 mai, les manifestants ont chanté et dansé sur tout le long de l’itinéraire.

 

Aucune tenue d’un parti politique, ni un t-shirt à l’effigie du président camerounais, Paul Biya n’a été remarqué à la manifestation. Les organisateurs qui voulaient d’une marche apolitique, ont confectionné des t-shirts à l’effigie du collectif avec comme inscription au dos "solidarité aux populations et soutien à l’armée camerounaise.

 

Des centaines de t-shirts ont été distribués avant et au moment de la manifestation.

 

Plusieurs ministres en t-shirt du collectif ont également pris part à la marche. Les ministres de la défense, Mebe Ngo’o, de l’Intérieur, René Sadi, de la Communication, Issa Tchiroma notamment étaient présents. Aucun n’a pris la parole en public.

 

"Chekau, tu es mort, boko haram, tu es mort!", ont clamé des dizaines de jeunes conduits par le ministre Grégoire Owona, tout en faisant le tour du podium dressé pour la circonstance au rond-point de la Primature.

 

Des diplomates notamment les ambassadeurs de France, des Etats-Unis, du Canada ont été aperçus à la manifestation.

 

Plusieurs jeunes ont lancé des paroles hostiles contre la communauté internationale notamment la France et les Etats-Unis juste après le départ des autorités camerounaises.

 

"Non à la France, on ne veut pas les Etats-Unis! Le Cameroun n’est pas la Côte d’Ivoire et le Mali", criaient plusieurs jeunes devant les diplomates américains et canadiens.

 

Les éloges à l’endroit du président tchadien, Idris Deby et de son homologue camerounais, Paul Biya ainsi que de la Russie et de la Chine ont été entendus.


ALERTE INFO

Samedi 28 Février 2015 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter