Cameroun: accrochages à la frontière centrafricaine

Des affrontements ont eu lieu, dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 novembre, entre l’armée camerounaise et des assaillants venus de Centrafrique dans un village frontalier. Les violences ont fait officiellement sept morts dont cinq du côté des assaillants.



Armée camerounaise. RFI/Sarah Sakho
Armée camerounaise. RFI/Sarah Sakho
Le groupe d’hommes armés et en treillis a traversé la frontière samedi soir, en direction de Gbiti, un petit village de la région de l’Est. Ils ont procédé à des pillages et semé la panique, provoquant la réplique de l’armée camerounaise, avant de se replier en Centrafrique. Les affrontements ont fait sept morts, selon un bilan officiel, dont cinq assaillants, un militaire camerounais et un civil. D’autres sources en provenance de Gbiti font état de quatre morts parmi la population. Une quinzaine de prisonniers seraient par ailleurs aux arrêts et en cours d’exploitation par les forces de l’ordre.
 
La Seleka pointée du doigt

 
Qui sont ces agresseurs : s’agit-il d’hommes de la Seleka ou d’un autre groupe armé centrafricain ? Le communiqué officiel se garde d’accuser quiconque, mais selon une bonne source, il s’agirait d’éléments de l’ex-rébellion qui a pris Bangui en mars dernier. La même source précise que ces hommes, dont on ignore le nombre exact, étaient au Cameroun à la recherche de vivres et de carburant.
 
L’instabilité en Centrafrique provoque régulièrement des incidents à la frontière est du pays. Il y a trois mois, une précédente incursion d’assaillants avait déjà causé un accrochage avec l’armée camerounaise.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 18 Novembre 2013 - 12:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter