Cameroun: l'épouse du vice-Premier ministre enlevée par Boko Haram

L'épouse du vice-Premier ministre camerounais Amadou Ali ainsi qu'un chef traditionnel, des membres de sa famille et des gendarmes ont été enlevés dimanche lors d'une double attaque meurtrière contre une localité de Kolofota dans l'extrême-nord du Cameroun qui a fait au moins six morts. Une double attaque attribuée au groupe islamiste nigérian Boko Haram.



Capture d'écran d'une vidéo du groupe islamiste nigérian le 13 avril 2014 qui montre le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau.
Capture d'écran d'une vidéo du groupe islamiste nigérian le 13 avril 2014 qui montre le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Deux attaques simultanées ont eu lieu vers 4 h 00 TU (5 h 00, heure locale) dans la localité de Kolofota, située à l'extrême nord du Camaeroun, à une dizaine de kilomètres du Nigeria. Les hommes armés ont pris d'assaut et en même temps, la maison du sultan Seiny Boukar Lamine, et celle d'Amadou Ali, le vice-Premier ministre, également ministre chargé des relations avec le Parlement ( et non de la Justice, comme indiqué par erreur précédemment). Plusieurs personnes ont été tuées. D'autres ont été enlevées notamment le chef traditionnel lui-même ainsi que l'épouse du garde des Sceaux.

« Une attaque comme ça, en plein jour ! C'est vraiment un choc pour tout le monde », explique un habitant de la région. Les assaillants ont joué la surprise. Prenant d'assaut, en même temps et tôt le matin, les maisons du sultan et du vice-Premier ministre. Les cibles n'ont pas été choisies au hasard. Les deux propriétés sont parmi les plus connues à Kolofata. Selon une source connaissant bien les lieux, la première est une grosse bâtisse avec plusieurs entrées et quelques gardes, comme beaucoup de chefferies. La seconde est un grand domaine avec différents bâtiments et plusieurs hectares de terrain.

L'assaut a fait plusieurs morts. Le sultan a été kidnappé tout comme la femme du Garde des Sceaux. Selon plusieurs sources, des membres de leurs familles auraient également été enlevés ou tués. Joint au téléphone, Amadou Ali visiblement ému, n'a pas souhaité répondre aux questions.

Le ministre de la Communication parle d'une « agression sauvage et brutale »

Issa Tchiroma-Bakary accuse Boko Haram de vouloir plonger la région dans l'obscurantisme, en chercher « à répandre la psychose et la peur ».

D'ailleurs quand on interroge les habitants, le sentiment de terreur semble se diffuser peu à peu. « Tout le monde est inquiet. On ne se sent pas protégés. Certains commencent même à se réfugier dans les grandes villes » , confie l'un d'eux.

 

Le Cameroun a fait l’objet d’une agression sauvage, d’une agression brutale. Que cherche cette secte-là ? C’est d’abord une secte qui veut imposer un rétropédalage civilisationnel. Ce sont des gens qui vivent dans un monde complètement dépassé, … ils veulent répandre la psychose de la peur…
Le ministre camerounais de la Communication Issa Tchiroma Bakary27/07/2014 - par Sébastien NemethÉcouter

 

Le Cameroun, comme d'autres pays de la région, a renforcé récemment sa lutte contre Boko Haram, après l'indignation internationale qui avait suivi l'enlèvement au Nigeria de plus de 200 lycéennes le 14 avril 2014. Les islamistes de Boko Haram ont longtemps considéré cette région frontalière comme un refuge, mais aussi un territoire de transit et d'approvisionnement en armes et explosifs.

Source : Rfi.fr
 



Jeudi 7 Août 2014 - 08:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter