Cameroun : réfugiés nigerians menacés

Même réfugiés au Cameroun, des Nigérians se sentent menacés par Boko Haram. Le HCR est obligé de les déplacer à l'intérieur pour leur sécurité.



Des refugiées nigérianes.
Des refugiées nigérianes.

Le HCR, l’agence des Nations des Nations Unies chargée des réfugiés a annoncé qu'elle allait éloigner de la ville frontière de Fotokol (extrême-nord du Cameroun) 5000 réfugiés nigérians.

Une telle décision s’explique par la recrudescence des attaques transfrontières des rebelles islamistes de Boko Haram.

Ces réfugiés avaient fui la ville de Gambaru Ngala juste de l'autre côté de la frontière au Nigéria.

Cette ville est tombée aux mains des insurgés au début du mois de juillet.

Le HCR en a déjà déplacé plus de 8600 réfugiés vers le camp de Minawo , ces deux dernières semaines avec l'intensification de ces attaques.

L’armée camerounaise a repoussé plusieurs incursions rebelles , mais la sécurité reste précaire dans cette région.

'' Depuis le début de la crise au Nigéria, les autorités locales au Cameroun ont signalé l'arrivée de 43 720 réfugiés nigérians, dont 26 720 d'entre eux ont été enregistrés par le HCR. '', peut-on lire sur le site internet de l’agence onusienne en charge des réfugiés.

D’après des témoins, les conditions de vie sont difficiles pour les réfugiés. Ils s’entassent dans 57 salles de classe et des abris de fortune.

Pour leur alimentation, ils bénéficient de l’hospitalité des populations et de l’aide des autorités camerounaises.

Avec 14 salles de classes pour 2500 enfants, l’éducation des enfants est une réelle préoccupation.

Environ 100 réfugiés nigérians traversent la frontière avec le Cameroun chaque jour d’après le HCR.


BBC Afrique

Mercredi 24 Septembre 2014 - 10:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter