Cameroun: reprise du procès du notaire maître Harissou

Au Cameroun, c’est la reprise ce vendredi matin du procès de maître Harissou, le notaire de l’ancien secrétaire général de la présidence de la République, Marafa Hamidou Yaya. Maître Harissou est poursuivi pour des faits graves d'atteinte à la sécurité de l’État et pour outrage au président de la République. L'audience de ce jour doit permettre d'aborder l'affaire sur le fond. Ce vendredi à la barre est attendu le principal témoin de l'accusation. Cet expert judiciaire a eu à analyser les conversations téléphoniques, l'ordinateur et les cartes mémoires de maître Harissou. Son témoignage doit servir à démontrer que le notaire a bien essayé de renverser les institutions de la République camerounaise comme le stipule son acte d'accusation.



Mais pour l'avocat de maître Harissou, il n'y a pas d'inquiétude à avoir. « Rien n'a été saisi » dans les affaires de son client, preuve qu'il n'existe selon lui aucun élément matériel à charge et que les accusations sont fabriquées de toutes pièces. Pour la défense du notaire, en effet, pas de doute la nature même des accusations très graves, complicité de détention et de port illégal d’armes à feu, complicité d’assassinat ou encore outrage au président de la République, révèle que ce procès est « à connotation politique ».

Arrêté en septembre 2014 et depuis placé en détention à la prison principale de Yaoundé, s'est surtout le lien que maître Harissou entretenait avec Marafa Hamidou Yaya, l’ex-secrétaire général de la présidence camerounaise qui pourrait être à l'origine de ce procès. L'ancien baron du régime purge lui-même une peine de vingt ans de prison pour « complicité intellectuelle de détournement de deniers publics ». Une accusation, elle aussi, motivée politiquement selon sa défense.




 

Rfi.fr

Vendredi 9 Septembre 2016 - 13:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter