Campagne électorale à marche forcée pour Barack Obama

Barack Obama achève dans l'Etat du Minnesota une tournée de quatre jours dans l'Ouest des Etats-Unis. Après cette campagne éclair dans cinq Etats, c'est un président à la voix cassée qui a fait escale à l'Université du Minnesota. Des élections législatives partielles, dites de mi-mandat, sont prévues le 2 novembre prochain.



Campagne électorale à marche forcée pour Barack Obama
En dépit d’un rhume de cerveau, c’est un discours enflammé qu’a prononcé le président Obama, venu soutenir le candidat au poste de gouverneur du Minnesota. Il a répété les thèmes qu’il avait déjà développés dans quatre Etats de l’Ouest. Utilisant sa métaphore favorite de la voiture qui va en avant avec les démocrates, en arrière avec les républicains, il a exhorté ses partisans à ne pas donner la clé à l’opposition, afin qu’elle ne conduise pas, une nouvelle fois, le véhicule dans le fossé. «Si tous ceux qui ont voté en 2008 votent de nouveau cette année, alors nous remporterons les élections » a-t-il affirmé plus optimiste que les sondages.

Incontestablement, Barack Obama n’a rien perdu de son statut de star politique. Ils étaient plus de 37 000 vendredi à l’université de Californie du Sud. Dans l’Ohio, une semaine plus tôt, ils étaient 35 000. Cela a un petit air de remake d’il y a deux ans. Et pourtant, si la foule continue de se presser pour l’écouter, il y a tout de même chez nombre de ses partisans une pointe de déception : ils ne voient pas le changement promis.

Barack Obama s’efforce donc de ranimer leur enthousiasme visant plus particulièrement les jeunes, les femmes, et les Latinos. Dans quelques jours, il va repartir en campagne. Ses efforts semblent porter leurs fruits : dans les 29 Etats qui permettent de voter avant le 2 novembre, les démocrates ont été jusqu’à présent plus nombreux que les républicains à se rendre aux urnes.

Par RFI

Dimanche 24 Octobre 2010 - 11:37




1.Posté par jimjones27. le 25/10/2010 02:45
Washington Today. jimjones27. - Pierre SIMON
Rendons à cesar ce qui est à césar et à Dieu ce qui est à Dieu, mais nous ne dirons pas que le Président a copié le face à face Mittérand:Giscar de la présidentielle de
Mai 1981. Il es bien sûr certain qu'il aimait lire cette metaphore dans la Bibliothèque de la Harvard et surtout quand il était le Pr"sident de la Harvard Low Press. Nous nous rappelons que cet article de Tom Johnson venait de l'Ambassade de France aux Etats Unis.
Le Président Mittérand disait que : Vous n'êtes pas le Président ici. Vous êtes un candidat comme moi. Vous n'avez pas de leçon à me donner. Vous parlez comme un conducteur qui est tombé dans le ravin et dès que les secours l'ont sorti du ravin, il s'est mis à donner des leçons de conduite aux conducteurs qui sont venus l'aider à sortir du ravin. La réplique trébuchante était : je sais que le changement est en votre faveur.
Nous nous arrêtons là.
Merci d'excuser les fautes de traduction.
jimjones27. - Pierre SIMON.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter