Can 2015 et Ebola : escale obligé à Malabo pour tout le monde !



Can 2015 et Ebola : escale obligé à Malabo pour tout le monde !

La tenue en janvier de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2015), la plus importante compétition sportive du continent, a failli etre victime d’Ebola. En effet, initialement prévu pour se dérouler au Maroc, la CAN 2015 a été délocalisée en Guinée équatoriale au dernier moment. Le Royaume chérifien a renoncé à l’organisation de la plus grand-messe du football africain en évoquant l’épidémie de fièvre Ebola. Raison pour laquelle la Confédération africaine de football (CAF) s’est tournée vers la Guinée équatoriale qui a accepté accueillir la compétition.

 

Même si la Guinée équatoriale a accepté l’organisation de la CAN 2015, les autorités du pays prennent tout de même des mesures sanitaires pour ne pas connaitre la propagation de l’épidémie d’Ebola. Ainsi la CAF a demandé aux 16 sélections qualifiées pour la phase finale de la CAN 2015 d’atterrir à Malabo pour des contrôles médicaux sur la détection d’éventuels cas d’Ebola.

 

« Il a été demandé aux équipes d’atterrir à Malabo avant toute délocalisation. Les dispositions sont en train d’être prises par la CAF, en concertation avec les autorités équato-guinéennes, pour que ces arrêts sur Malabo pour les équipes devant continuer leurs voyages soient les plus brefs possibles pour éviter la fatigue aux joueurs », précise la CAF.

 

Le président du comité local d’organisation Francisco Pascual Obama a affirmé qu’ « il faudra respecter les formalités aux aéroports et autres frontières parce que des contrôles sur la détection d’éventuels cas d’Ebola seront effectués. »

 

D’autre part, le règlement de la compétition fait obligation aux sélections d’être présentes sur le site des compétitions 72 heures avant leur premier match, souligne la CAF.

 

La Coupe d’Afrique des Nations CAN 2015 se déroulera du 17 janvier au 8 février dans quatre villes : Malabo, Bata, Mongomo et Ebibeyin.


Avec Africatopsports

Jeudi 8 Janvier 2015 - 12:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter