Candidat au secrétariat général: Jean-Claude de l’Estrac présente son projet de la «Francophonie» de demain



Candidat au secrétariat général: Jean-Claude de l’Estrac présente son projet de la «Francophonie» de demain
C’est à Paris, devant  une salle comble qui rassemblait des ambassadeurs et des représentants des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), des hauts fonctionnaires du ministère français des Affaires étrangères et des journalistes de la presse française et africaine, que l’actuel secrétaire général de la Commission de l’océan Indien, a présenté son projet. Tout en souhaitant consolider le « magistère d’influence » de la Francophonie sur les plans culturels et politiques, le candidat mauricien propose d’ajouter un troisième pilier économique pour renforcer le poids de l’OIF sur la scène internationale et répondre aux attentes des populations, notamment des plus jeunes. « Cet espace de solidarité ne peut exister sans une dimension économique forte, surtout à l’ère de la mondialisation caractérisée par une compétition entre entreprises, entre Etats, voire entre les continents », a-t-il martelé.


Jean Claude de l’Estrac a notamment souligné l’importance de l’industrialisation dans les pays du Sud, particulièrement en Afrique, continent phare de l’espace francophone (50 % de la population francophone) et l’un des principaux moteurs de la croissance au 21e siècle. C’est ainsi qu’il propose la création d’une Agence de promotion de l’industrialisation avec le concours du secteur privé. Cette tournée européenne aura permis à Jean Claude de l’Estrac d’échanger avec de nombreuses personnalités tant à Paris qu’à Bruxelles et Berne.


Il a ainsi pu présenter son programme et s’entretenir avec Boutros Boutros-Ghali, ancien Secrétaire général des Nations unies et de la Francophonie, Didier Reynders, Vice-premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, Rudy Demotte, Ministre-président de la Fédération de Wallonie-Bruxelles, Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères du Mali de passage à Paris, Georges Martin, secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires étrangères de la Confédération Suisse, Steve Gentili, président du Forum francophone des affaires, Catherine Bréchignac, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences ainsi qu’avec les ambassadeurs du Burkina Faso, du Sénégal, du Cambodge, du  Vietnam, de Roumanie et de Bulgarie.
Signe de l’intérêt soulevé par cette candidature qui s’affirme chaque jour davantage parmi les favorites, les médias français et africains ont largement ouvert leurs antennes au candidat mauricien.


Selon le communiqué parvenu à Pressafrik.com, il a ainsi pu démontrer la plus-value de ses propositions sur les plateaux de LCI, TV5 Monde, RFI, RFO, Canal 2 International (Cameroun), Ubinews ainsi que dans les colonnes de Jeune Afrique, Le Point Afrique, l’Opinion, Les Echos ou Le Soir (Belgique), entre autres. 


Jeudi 2 Octobre 2014 - 16:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter