Candidature de Wade: Le malentendu permanent !

"C’est quand il fait suffisamment sombre, que l’on peut voir les étoiles" M. L. King



Candidature de Wade: Le malentendu permanent !
Dans un article de haute facture comme à l’accoutumée que j’ai relu hier (1), les chroniqueurs de Nouvel Horizon Issa Sall et Momar Diongue y reproduisaient les propos de Me Wade qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive : "Je ne postulerai pas à un troisième mandat parce que, la constitution ne me le permet pas". Ainsi donc, tout le malentendu provient de cette phrase que des analystes et des constitutionnalistes n’ont pas pris le soin de disséquer avec le recul nécessaire : la dictature médiatique-donc de l’instant- était passée par là. De quelle Constitution faisait allusion Me Wade ? Bien entendu, celle de 2001 que le Peuple a plébiscitée sous l’impulsion de toute la classe politique significative (sauf le Pit et l’Alliance Jef jel) et qui limita le nombre de mandats à deux (2) : 2x5 ans. Donc, Me Wade avait bien raison de dire qu’il ne peut pas se représenter pour un troisième mandat : c’est une évidence inouïe qui tombe sous le sens. Qui plus est, on n’a jamais vu un Président exerçant deux mandats de durée inégale régis par une même Constitution :7ans+5 ans ! Et, si c’était le cas, ce serait une première dans l’histoire constitutionnelle. C’est pour éviter cette situation abracadabrantesque que le constituant avait prévu l’article 104 qui enjoignit au Président nouvellement élu, le 19 mars 2000 sous l’empire de la Constitution de 1963, à terminer son septennat et que donc, toutes les dispositions de la nouvelle constitution lui seraient applicables notamment un maximum de deux (2) quinquennats. La révision constitutionnelle de 2008 qui rétablit le septennat est venu encore compliquer les choses. Des lors, ce malentendu permanent-la candidature Me Wade à un second et non à un troisième mandat- a été sciemment entretenu par une certaine société civile avec la bénédiction de certaines chancelleries occidentales qui ne supportent pas la liberté de ton du Président Wade et des groupuscules sans relief qui ont profité de l’indigence du débat politique national. Dommage aussi, que l’Opposition dite significative, réunie autour de la défunte Benno Siggil Sénégal-qui avait le vent en poupe depuis mars 2009- les ait suivi à bride abattue dans cette aventure sans issue. Aussi, le Pds, locomotive de la Majorité présidentielle et souvent sur la défensive, n’a pas su opérer les mutations nécessaires au bon moment pour s’adapter à la nouvelle situation socio économique et politique. En démocratie, le dernier mot revient en principe au Peuple qui se donnera toujours les moyens d’imposer sa volonté. Même si je fais mienne cette sentence du Professeur Cheikh Anta Diop : la démocratie par une langue étrangère n’est que supercherie ; à moins que le processus d’acculturation ne soit achevé ! >>. Il revient donc à toute la classe politique et la nouvelle classe dite civile, principales bénéficiaires de ce système agonisant, de savoir mesure garder et de prémunir notre charmant pays contre des convulsions inutiles. Ce ne sont pas de petits fonctionnaires du Département d’Etat américain qui vont nous dicter notre conduite à tenir en la matière et tant pis pour le Millenium Challenge Account (MCA) et ON S’EN FOUT MAIS COMPLETEMMENT comme on l’aurait dit au bord de la Seine ! Le Sénégal restera toujours un grand pays même si, certains de ses fils et les plus en vue, ont du mal à y croire. ET C’EST TRISTE !
BONNE CHANCE A TOUS ET TOUTES ET QUE DIEU BENISSE LE SENEGAL
Par Docteur Ibrahima DEME
Vétérinaire-Chargé d’Etudes
Cric/And S.A.N.T/SmS
E-mail : idemgfatm@gmail.com
(1) Issa Sall & Momar Diongue ; Présidentielle 2012 : Comment Wade fera perdre le Pds. Nouvel Horizon N° 742 du 01 au 07 octobre 2012



Jeudi 26 Janvier 2012 - 13:57




1.Posté par paco le 26/01/2012 15:53
Bonjour Mr DEME, j'ai lu ton minable texte et je suis dégouté par l'argument que tu as avancé et auquel tu ne crois même pas. Tu as certainement été servi au "tong tong". Il faut penser quelque fois à Dieu avant de dire certaines bétises. Tu dois être un paresseux et malhonnete citoyen. Minable

2.Posté par assanediop le 26/01/2012 17:07
C'est la première fois que je lis une contribution si lucide sur la constitution en effet comme le dit bien l'auteur c'est le Peuple qui doit avoir le dernier mot on est en démocratie. Moi je ne voterai pas pour Me Wade mais je trouve que les arguments de Mr Dème tiennent la route

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter