Carnage financier lors du FESMAN : L’IGE demande la création d’une Cour de répression des infractions

L’Inspection général d’Etat a demandé la création d’une Cour de répression des informations à caractère économique et financier. Ce, pour juger les responsables de crime économique noté lors du troisième Festival mondial des arts nègres.



L’IGE ne compte pas lâcher le morceau suite au carnage financier noté lors du FESMAN. Elle a demandé la création d’une Cour de répression des infractions à caractère économique et financier. En effet, le système mafieux mis en place « s’est traduit par un manque total de maîtrise des opérations de recettes et de dépenses par les responsables de cet événement et par une violation flagrante du code des marchés publics dans les procédures d’acquisition de bien et services ».

C’est ainsi que «plusieurs milliards ont été dépensés sur la base des marchés par entente directe, contractés sans autorisation préalable». Selon nos confères du journal «Libération», qui donnent l’information, les vérificateurs notent aussi «un défaut ou insuffisance dans la justification des dépenses, des règlements effectués pour des services fictifs, des dépenses exécutées pour des objets étrangers au FESMAN, des surfacturations et l’enrichissement illicite de particuliers au détriment du contribuable sénégalais ».

C’est pourquoi l’IGE préconise l’élaboration d’un code pénal pour les infractions à caractère économique et financier et la création d’une Cour de répression des infractions à caractère économique et financières pour juger les criminels économiques impliqués dans ce braquage. 


Lundi 22 Mai 2017 - 11:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter