Casamance-le processus de paix plombé : le MFDC attaque Macky, menace Amsatou Sow Sidibé et se démarque de César Atoute Badiate

C’est ce qu’on appelle un revirement à 190°. Le processus de paix sérieusement plombée en Casamance. Face aux derniers actes posés par Salif Sadio qui allait jusqu’à proposer de mettre la somme de trois (3) millions de F CFA à l’hôpital régional de Ziguinchor et César Atoute Badiate qui a invité l’Etat du Sénégal autour de la table des négociations aux Etats-Unis, le cercle des intellectuels et universitaires du Mouvement des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) se signalent. Et ce, pour recadrer les deux chefs rebelles. Pis, assimilant la visite de 72 heures du président Sall à une pré campagne, ils ne manquent par ailleurs pas d’inviter la conseillère de Macky Sall sur ledit dossier à la retenue car disent-ils, « l’annexion de la Casamance par le Sénégal, ne peut être comparée à la crise ivoirienne nécessitant une réconciliation entre les ethnies. Nous attendons de sa fonction, qu’elle exige le jugement des casamançais en détention provisoire depuis des années dans les prisons sénégalaises », dans un communiqué parvenu à notre rédaction où ils terminent en ces termes : « Vive la Casamance libre et indépendante ».



Le voyage du Président du Sénégal dans notre territoire, est à nos yeux une pré campagne électorale pour les locales de cette année au Sénégal. Car, le MFDC loyaliste n’est pas entré en résistance contre l’occupation sénégalaise en Casamance, pour un supposé développement à la clé. La Casamance saura le moment venu choisir son mode de développement compatible à ses réalités culturelles. Par ailleurs, nous tenons à rendre hommage à notre camarade de lutte Monsieur Salif SADIO. Car, si l’espoir de l’indépendance de la Casamance est encore présent dans les esprits des Casamançais, c’est grâce à lui et à son groupe. Il vient de nous renouveler sa détermination d’arracher l’indépendance de la Casamance, durant un meeting qu’il a tenu au mois de janvier 2014 en territoire Casamançais (free Casamance presse).
 

En revanche, nous voudrions lui rappeler qu’il demeure encore un membre du MFDC. Et, qui dit MFDC, dit démocratie. Autrement dit, notre mouvement est composé de forces démocratiques. Or, dans toute structure démocratique, le suffrage universel demeure la règle de rigueur pour le choix des dirigeants. Pour cela, nous l’invitons à commencer à bâtir la nation casamançaise indépendante, à travers le respect de la séparation des pouvoirs dans un futur Etat à  démocratique. Nous lui demandons également, de protéger la population civile casamançaise. Car, la mort de Monsieur Abdou BODIAN, est une illustration de la vulnérabilité de nos populations civiles vis-à-vis des forces d’occupation. Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à la Casamance.

  
A Madame Amsatou SOW SIDIBE, nous l’invitons à la retenue. Car, l’annexion de la Casamance par le Sénégal, ne peut être comparée à la crise ivoirienne nécessitant une réconciliation entre les ethnies. Nous attendons de sa fonction, qu’elle exige le jugement des casamançais en détention provisoire depuis des années dans les prisons sénégalaises, suite à des arrestations arbitraires liées au conflit armé nous opposant au Sénégal. La durée de ces détentions provisoires en matière correctionnelle ou criminelle, montre nettement que la Casamance est une entité à part entière. Car, c'est une durée qui est réservée aux délits ou crimes commis à l'étranger par les personnes inculpées. Elle pourrait être plus audible en entreprenant cette démarche fondamentale du droit, au lieu de chercher à tout prix à organiser une conférence nationale complaisante sur la Casamance. Cette dame ne semble pas être en phase avec les réalités sur le terrain.
 

En outre, nous tenons à rappeler à Cesar Atoute BADIATE, que la Casamance n’est pas à vendre. Nous lui invitons de suivre les pas d’Antoine DIAMACOUNE ou d’Ousmane Niantang DIATTA. Car, il est en train de souiller le maquis, de par son clientélisme vis-à-vis de l’ennemi. César ne peut continuer à rester au MFDC pour défendre les intérêts du Sénégal. Par ailleurs, ce chercheur du CNRS, qui veut réduire notre lutte de libération nationale à un problème foncier, devrait rejoindre une maison de retraite, car il commence à perdre la mémoire. Nous lui rappelons que le MFDC a été créé en 1947, au moment où la Casamance était encore sous l’administration Française. Or, le problème foncier de la Casamance date des années 70. Visiblement Monsieur MARUT pour ne pas le citer, est un imposteur. Nous l’invitons d’ailleurs, à fournir à la presse sénégalaise le document juridique attestant l’intégration du territoire Casamançais dans le Sénégal par le colon.
 

Nous saisissons cette occasion pour dire à l’émissaire Américain pour la Casamance, de mettre en pratique ses compétences en médiation de conflit de partition, que de chercher à faire le jeu du Sénégal. Nous tenons également à rappeler à la population casamançaise, que le Cercle des Intellectuels et Universitaires du MFDC, est une structure neutre et régulatrice. Nous ne travaillons pas pour, ni avec aucun ténor de l’aile politique du MFDC.
 
 
 
                           Vive la Casamance libre et indépendante.
Le Cercle des intellectuels et universitaire du Mfdc.


Vendredi 28 Mars 2014 - 10:20




1.Posté par suduste le 28/03/2014 11:33
vous etes qui? ne vous cachez pas, donner vos noms, tricheurs et peureux

2.Posté par viridis le 28/03/2014 11:37
...de petits cons illuminés !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter