«Ce que mes tantes m’avaient dit sur mon mariage…», Coumba Gawlo Seck



«Ce que mes tantes m’avaient dit sur mon mariage…», Coumba Gawlo Seck
La diva comme on la surnomme, Coumba Gawlo Seck  revient sur ses débuts dans la scène musicale. Selon elle : «Cela fait une trotte, si je peux le dire ainsi. Je pense au chemin que j’ai parcouru. Je pense au moment pendant lequel j’ai démarré, ou je suis passée et là ou je suis arrivée aujourd’hui. Je me rends  compte après que je n’ai pas beaucoup  dormi. J’ai fait  beaucoup  de choses dans ma jeune carrière. Cela est dû peut être au fait que j’ai démarré tôt aussi. Je rends grâce à Dieu de m’avoir permis de faire tout ce que j’ai pu faire jusque-là ».


Revenant sur la chanson sacrée « Yomalé » qui reste toute même  l’une de ses plus grandes réussites, la Gawlo  affirme que c’est la chanson qui l’a porté chance comme son nom l’indique. Cela signifie en fait «bonne chance» : «Je n’ai pas regretté de l’interpréter puisqu’elle m’a portée chance et m'a ouvert les portes du monde", affirme la diva qui souligne toutefois que ses "tantes ont beaucoup rouspété". "Elles disait que je ne devais pas y toucher car j’allais avoir du mal à trouver un mari. Elles l’on dit à tort ou raison, je sais juste que je suis là.  Je ne sais pas mais il n’y toujours pas de mari. Peut-être qu’elles ont raison», indique-t-elle. 


Coumba Gawlo Seck tient à préciser qu'elle est "une personne de valeurs" et qu'elle "n'a pas envie de se perdre avec les modernités actuelles". "Et même si je suis une personne moderne, j’ai envie de rester ancrée dans mes origines", déclare-t-elle dans "Enquête". 

Dior Niang

Samedi 31 Octobre 2015 - 10:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter